VIDEO. Australie : une campagne contre le cannabis met en pétard les internautes

STONER SLOTH / YOUTUBE

Dans les spots télévisés, les jeunes qui fument de la marijuana se transforment en paresseux géants. De quoi susciter les railleries sur les réseaux sociaux.

Une initiative qui est partie en fumée. Le gouvernement de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud (Australie) a lancé une campagne contre la consommation de cannabis. Dans les spots télévisés, les jeunes qui fument de la marijuana sont transformés en "paresseux défoncés", rapporte 20 Minutes, mercredi 23 décembre.

Les vidéos ont pour slogan : "Tu es pire quand tu fumes". On y découvre Delilah, un paresseux géant incapable d'écrire un mot pendant un examen après consommé du cannabis. Jason, lui aussi "défoncé", n'arrive pas à faire passer du sel à table.

"Où est-ce que je peux trouver de l'herbe ?"

Loin d'inquiéter les fumeurs de marijuana, ces vidéos ont vite été moquées par les internautes. "Fumer de l'herbe et devenir l'un des animaux les plus adorables au monde ? Où est-ce que je peux trouver de l'herbe ?", s'amuse un Australien sur la page Facebook de la campagne.

"Si un paresseux qui fume est capable de mettre des vêtements, de prendre un stylo et même de passer un examen (par opposition avec le paresseux normal qu'on trouve dans la nature), est-ce qu'on ne peut pas en déduire que ce paresseux est en réalité meilleur quand il fume ?", ajoute un autre internaute, ironique, dans un commentaire sur Facebook.

Capture d\'écran des commentaires sur la page Facebook de la campagne australienne contre le cannabis, \"Tu es pire quand tu fumes\".
Capture d'écran des commentaires sur la page Facebook de la campagne australienne contre le cannabis, "Tu es pire quand tu fumes". (YOU'RE WORSE ON WEED / FACEBOOK)

Même le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud a raillé la campagne. "Je ne sais pas où les publicitaires du gouvernement ont trouvé la famille de Chewbacca, mais ces vidéos... C'est quelque chose !", a déclaré Mike Baird sur Twitter. Le gouvernement affirme toutefois avoir atteint son but : avoir créé une campagne qui est "partagée" et appréciée par les adolescents.

Vous êtes à nouveau en ligne