Vers une "coopération exemplaire" entre la France et la Tunisie

(Les présidents tunisien et français lors de la conférence de presse commune de ce mardi © Reuters-Philippe Wojazer)

Le président tunisien Béji Caid Essebsi est en visite à Paris ce mardi. Avec le président Hollande, ils ont évoqué la lutte contre le djihadisme et la coopération possible entre les deux pays.

Le président tunisien reçu en grande pompe à Paris. Béji Caid Essebsi entame ce mardi une visite de deux jours en France. Il a été accueilli dans la matinée par François Hollande, et geste rare, la cérémonie d'accueil s'est déroulée aux Invalides. Les deux chefs d'Etat ont ensuite traversé la Seine pour donner une conférence de presse conjointe à l'Elysée.

 

Il y a beaucoup d’attachements entre les deux pays. Béji Caid Essebsi a même dit qu’il avait l’impression de ne "pas avoir quitté la France depuis 1949 ". Le président tunisien a ensuite parlé de la situation de son pays, "nous sommes en voie de démocratisation, nous sommes au milieu du gué ", et de citer Saint Thomas d’Aquin : "Il faut un minimum de bien-être pour célébrer la vertu ". Ce qu’il veut dire c’est que le préalable est d’assurer la sécurité, c’est-à-dire de combattre le terrorisme.

A LIRE AUSSI ►►► Le président tunisien en visite d'Etat en France 

Combattre le djihadisme

Le président tunisien est revenu sur le problème du djihadisme. Il a tenu à bien noter la différence entre islamisme et islam. "L’islamisme c’est l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques ou de terrorisme. L’islam, c’est la religion musulmane qui n’a rien à voir avec cela ", a dit le président, qui cite ensuite des versets du Coran sur la tolérance. "La majorité des Tunisiens qui sont ici en France sont des Français. A ce titre, ils ont droit à un traitement éga l", a-t-il souligné. "Je dis à mes concitoyens : continuez à vivre dans ce pays qui vous accueille, respectez ses lois et restez de bons musulmans ".

 

François Hollande a expliqué que la France pouvait assurer une "coopération exemplaire " en matière de sécurité, de lutter contre le terrorisme. "On va renforcer la frontière tunisienne, notamment au niveau de la Lybie ", ont indiqué les deux présidents qui n’en ont pas dit d’avantage.  

Vous êtes à nouveau en ligne