Venezuela : quinze malades sont morts faute d'électricité, la panne géante perdure

Un quartier de Caracas (Venezuela) plongé dans le noir par une gigantesque panne d\'électricité, le 9 mars 2019.
Un quartier de Caracas (Venezuela) plongé dans le noir par une gigantesque panne d'électricité, le 9 mars 2019. (MARCO BELLO / REUTERS)

C'est une ONG qui a comptabilisé ces décès, tous liés à l'absence de dialyse. Elle craint que la situation s'aggrave à mesure que les hôpitaux manqueront de carburant pour leurs générateurs électriques.

Le Venezuela est paralysé depuis plus de 48 heures par une panne d'électricité généralisée. Celle-ci a provoqué la mort de quinze patients souffrant de maladies rénales, faute de dialyse, selon la Coalition des organisations pour le droit à la santé et à la vie, une ONG, samedi 9 mars.

"Entre hier et aujourd'hui, nous avons enregistré 15 décès dus à l'absence de dialyse. Neuf de ces décès ont été enregistrés dans l'Etat de Zulia, deux dans l'Etat de Trujillo et quatre à l'hôpital Pérez Carreño de Caracas", a expliqué à l'AFP le directeur de l'organisation, Francisco Valencia.

Plus de 10 200 patients menacés ?

"95% des unités de dialyse, qui pourraient atteindre aujourd'hui 100%, [sont] paralysées en raison du manque d'électricité", a-t-il affirmé. "Dans les quelques unités de dialyse où il y avait des générateurs électriques, il est devenu difficile de les remettre en marche faute de carburant". Il craint que le bilan s'aggrave : la panne "pourrait conduire à la mort de plus de 10 200 patients" qui ont régulièrement besoin d'une dialyse.

Samedi, le président vénézuélien Nicolas Maduro a affirmé que le pays avait été victime d'une nouvelle "attaque" qui aurait empêché le rétablissement du courant. "Nous avions avancé à près de 70% lorsque nous avons reçu à la mi-journée une autre attaque cybernétique visant une des sources d'énergie qui fonctionnait parfaitement. Cela a annulé tout ce que nous avions réalisé", a-t-il annoncé à ses partisans à Caracas.

Le gouvernement accuse les Etats-Unis d'être derrière cette panne, et a affirmé qu'il fournirait à l'ONU "des preuves" d'une responsabilité de Washington.

Vous êtes à nouveau en ligne