Venezuela : plus de 200 000 personnes ont défilé, samedi, contre le président Nicolas Maduro

Des heurts ont éclaté dans une manifestation contre Nicolas Maduro, à Caracas (Venezuela), le 20 mai 2017.
Des heurts ont éclaté dans une manifestation contre Nicolas Maduro, à Caracas (Venezuela), le 20 mai 2017. (JUAN BARRETO / AFP)

"Pour ce 50e jour de résistance, nous allons organiser la plus grande démonstration de force de cette période", avait averti un jeune député à la tête des protestataires. 

Nouvelle démonstration de colère au Venezuela. Plus de 200 000 personnes ont manifesté, samedi 20 mai, pour exiger le départ du président socialiste Nicolas Maduro dont ils dénoncent la "dictature", au cinquantième jour de la vague d'actions de protestation contre l'héritier d'Hugo Chavez.

A Caracas, plus de 160 000 manifestants, selon l'opposition, ont tenté d'atteindre le ministère de l'Intérieur avant d'être dispersés par des tirs de grenades lacrymogènes des forces de l'ordre. Selon Ramon Muchacho, maire de Chacao, un quartier de l'est de la capitale, au moins 46 manifestants ont été blessés au cours des échauffourées, marquées par des jets de pierres et de cocktails Molotov. Parmi eux figure une femme qui a été écrasée par un véhicule, a indiqué le parquet.

"La plus grande démonstration de force de cette période"

Des accrochages étaient encore signalés dans la nuit dans la périphérie de la ville. A San Cristobal, dans l'Etat de Tachira, frontalier de la Colombie, plus de 40 000 personnes ont défilé, selon une estimation de l'AFP, malgré une situation tendue après le déploiement de 2 600 militaires consécutif à une série de pillages et d'attaques contre des installations de la police et de l'armée.

"Pour ce 50e jour de résistance, nous allons organiser la plus grande démonstration de force de cette période", avait averti Juan Andrés Mejia, un des jeunes députés à la tête des protestataires. Le 19 avril, des centaines de milliers de personnes étaient descendues dans les rues du pays.

Selon le dernier bilan du parquet, depuis le début des manifestations, 47 personnes ont perdu la vie. D'après l'ONG Foro Penal, on compte aussi des centaines de blessés, quelque 2 200 personnes interpellées et au moins 161 incarcérées sur ordre des tribunaux militaires.