Venezuela : Nicolas Maduro rejette l'ultimatum européen et refuse d'organiser une élection présidentielle

Le président du Venezuela Nicolas Maduro, lors d\'un exercice militaire, le 3 février 2019, à Turiamo (Venezuela).
Le président du Venezuela Nicolas Maduro, lors d'un exercice militaire, le 3 février 2019, à Turiamo (Venezuela). (MIRAFLORES PALACE / HANDOUT / REUTERS)

Le président du Venezuela veut organiser des législatives, qui pourraient lui permettre d'éliminer son rival, Juan Guaido, reconnu par l'opposition et la communauté internationale comme le président par intérim du pays.

Combien de temps peut-il tenir ? Nicolas Maduro a rejeté, dimanche 3 février, l'ultimatum de plusieurs pays européens pour l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle au Venezuela. Dans un entretien avec la chaîne de télévision espagnole La Sexta, Nicolas Maduro a déclaré qu'il ne ferait pas preuve de "lâcheté face aux pressions" de ceux qui réclament son départ. "Pourquoi faut-il que l'Union européenne dise à un pays qui a déjà organisé des élections qu'il doit refaire son élection présidentielle, parce que ce ne sont pas ses alliés de droite qui l'ont gagnée ?" s'est ainsi interrogé Nicolas Maduro.

"Une farce tragique"

Si Nicolas Maduro n'organise pas de présidentielle, "nous considérerons que [Juan] Guaido est légitime pour les organiser à sa place et nous le considérerons comme le président par intérim jusqu'à des élections légitimes"avait prévenu dimanche la ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau. "Ce que répond jusqu'à présent Monsieur Maduro, c'est 'je vais organiser des élections législatives', sous-entendu 'je veux me débarrasser du président du Parlement [l'opposant Juan Guaido, qui s'est autoproclamé chef de l'Etat]." Et d'ajouter : "Cette réponse est une farce, une farce tragique."

Jeudi, le Parlement européen a reconnu l'autorité de Juan Guaido et a appelé l'ensemble des pays de l'UE à faire de même. Les Etats-Unis, le Canada et de nombreux pays d'Amérique latine, dont la Colombie et le Brésil, ont déjà reconnu Juan Guaido comme président légitime du Venezuela. Donald Trump a de son côté réaffirmé que le recours à l'armée américaine était "une option", dans un entretien avec la chaîne de télévision américaine CBS diffusé dimanche. Soutenu par la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Turquie ou encore Cuba, Nicolas Maduro accuse les Etats-Unis d'orchestrer un coup d'Etat.

Vous êtes à nouveau en ligne