Venezuela : le président Nicolas Maduro critiqué pour avoir fréquenté un restaurant huppé

Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d\'un repas dans un restaurant stambouliote, lundi 17 septembre 2018.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'un repas dans un restaurant stambouliote, lundi 17 septembre 2018. (DR)

Le président a fait une étape à Istanbul (Turquie) après un déplacement en Chine. Il s'est rendu dans un établissement fréquenté par des célébrités, ce qui a suscité la colère de l'opposition, alors que le pays est frappé par la crise et les pénuries.

De nombreux Vénézuéliens n'ont toujours pas digéré les images. Le président Nicolas Maduro s'est rendu dans un restaurant huppé d'Istanbul (Turquie), lundi 17 septembre, et les vidéos ont aussitôt suscité l'indignation au Venezuela, étranglé par la crise économique et les pénuries.

"On ne vit cela qu'une fois dans sa vie", se délecte Nicolas Maduro sur les images, tandis que le chef cuisinier turc Nusret Gökçe – surnommé Salt Bae – découpe des morceaux de viande dans l'un de ses restaurants, fréquenté par des célébrités comme Leonardo DiCaprio et Cristiano Ronaldo.

Le président vénézuélien, qui rentrait lundi de son voyage en Chine à la recherche de financements, a fait escale à Istanbul pour répondre à une invitation à déjeuner des autorités turques, a-t-il expliqué. "On se voit bientôt à Caracas. Merci", a lancé Nicolas Maduro, en prenant congé de Salt Bae.

De 70 à 250 dollars le plat

"Le chavisme, c'est demander un prêt à la Chine parce que tu n'as pas d'argent pour payer tes dettes, et aller ensuite dans un restaurant de luxe", a tweeté l'expert en médias numériques Luis Carlos Díaz.

Le prix des plats proposés dans les restaurants de Salt Bae oscillent entre 70 et 250 dollars, d'après des médias spécialisés, soit entre deux et huit mois de salaire minimum au Venezuela, selon le cours des changes.

Dans une autre de ces vidéos, postées sur les réseaux sociaux et devenues virales, Nicolas Maduro fume un cigare cubain. "Manger de la viande et fumer des cigares (...) avec les dollars qui manquent pour acheter des médicaments et de la nourriture : PRESIDENT DES TRAVAILLEURS", a dénoncé le politologue et chaviste dissident Nicmer Evans, en allusion aux pénuries de produits de première nécessité au Venezuela.

Selon une étude des principales universités du Venezuela, 60% des habitants ont perdu en moyenne 11 kilos, en raison d'un régime alimentaire carencé en protéines.

Vous êtes à nouveau en ligne