Venezuela : les Etats-Unis prêts à exempter de sanctions les militaires qui rallieraient l'opposition

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, avec des hauts-gradés de son armée, le 29 janvier 2019 à Maracay (Venezuela).
Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, avec des hauts-gradés de son armée, le 29 janvier 2019 à Maracay (Venezuela). (VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP)

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale, a fait cette proposition sur son compte Twitter. "Faites le bon choix !", a-t-il lancé aux militaires vénézuéliens.

Une main tendue pour favoriser un renversement du régime de Nicolas Maduro. Les Etats-Unis sont prêts à exempter de sanctions les responsables militaires qui rallieraient l'opposant Juan Guaido, président autoproclamé du Venezuela par intérim, a annoncé mercredi 6 février le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton sur Twitter. "Sinon, le circuit financier international (leur) sera complètement fermé", a mis en garde le conseiller du président Donald Trump, appelant les militaires à Caracas à faire "le bon choix !".

Les Etats-Unis ont adopté de strictes sanctions économiques pour tenter de pousser vers la sortie le dirigeant socialiste Nicolas Maduro, dont ils ne reconnaissent pas la réélection à la tête du pays. Washington a déjà appelé l'armée à rejoindre le camp Guaido. L'opposant, qui préside l'Assemblée nationale et s'est autoproclamé la semaine dernière président par intérim du Venezuela, avec le soutien immédiat des Etats-Unis et d'une quarantaine d'autres pays.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait auparavant accusé le régime de Nicolas Maduro de "bloquer" l'aide humanitaire envoyée au Venezuela, notamment par les Etats-Unis, en coordination avec le camp de Juan Guaido. Nicolas Maduro s'oppose à la livraison de cette aide, estimant qu'il s'agit du prélude à une intervention militaire étrangère. Washington exerce une très forte pression sur le régime de M. Maduro, assurant que "toutes les options", y compris militaires, sont sur la table pour lui faire quitter le pouvoir. Lors de son traditionnel discours sur l'état de l'Union, Donald Trump avait assuré mardi qu'il soutenait "le peuple du Venezuela dans sa noble quête de liberté".

Vous êtes à nouveau en ligne