Venezuela : les colectivos, les yeux, les oreilles et les armes de Nicolas Maduro

franceinfo

Au Venezuela, les colectivos, bras armé de Nicolas Maduro, sèment la terreur, même s'ils s'en défendent.

Au Venezuela, les colectivos, des civils armés à moto, sont dans les quartiers populaires le bras armé de Nicolas Maduro. Les jours de manifestation, vêtus de rouge, les colectivos n'arborent pas d'armes ou elles sont cachées. Ils soutiennent le régime en place de Nicolas Maduro. Ils encadrent tous les rassemblements du successeur d'Hugo Chavez. A la frontière avec la Colombie, ils empêchaient en février 2019 l'entrée de l'aide humanitaire. A Caracas, ils pourchassent les manifestants de l'opposition. La population les craint, ils sont les yeux et les oreilles du régime.

Répression, intimidation...

En marge d'une manifestation de l'opposition, les colectivos s'en sont pris à une jeune femme. Violentée de longues minutes, elle arrivera à s'enfuir. D'autres n'ont pas cette chance et sont tuées. Une centaine de groupes de colectivos est recensée, soit quelques milliers d'hommes. Beaucoup vivent dans un quartier défavorisé de Caracas, qui abrite le palais présidentiel. Un de ses commandants réfute les accusations et met en avant la défense de la patrie. Mais une habitante, qui a soutenu Hugo Chavez, les accuse de tuer les opposants à Nicolas Maduro et de terroriser la population.

Vous êtes à nouveau en ligne