Venezuela : la France "exige la libération" des deux journalistes de l'émission "Quotidien" arrêtés à Caracas

Une manifestation d\'opposants à Nicolas Maduro à Caracas (Venezuela), le 30 janvier 2019.
Une manifestation d'opposants à Nicolas Maduro à Caracas (Venezuela), le 30 janvier 2019. (LOKMAN ILHAN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Pierre Caillet et Baptiste des Monstiers ont été interpellés, mardi, alors qu'ils filmaient près du palais présidentiel de Miraflores, à Caracas

Paris "exige la libération" des deux journalistes français de l'émission "Quotidien" arrêtés au Venezuela, annonce le ministère français des Affaires étrangères , jeudi 31 janvier. Pierre Caillet et Baptiste des Monstiers ont été interpellés, mardi, alors qu'ils filmaient près du palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, la capitale du pays.

Trois journalistes d'une agence espagnole arrêtés

Un peu plus tôt, Reporters sans frontières a demandé la libération "au plus vite" des deux journalistes. "C'est toujours un peu inquiétant d'avoir une arrestation dans un moment politique aussi critique et où un pouvoir peut être tenté de l'utiliser à des fins politiques", a indiqué à franceinfo le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) Christophe Deloire.

L'Union européenne a aussi exigé la libération de tous les journalistes détenus sans raison au Venezuela, à travers la voix de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Trois journalistes de l'agence espagnole EFE - un reporter espagnol, une vidéaste colombienne et un photographe colombien - ainsi que leur chauffeur vénézuélien ont aussi été arrêtés jeudi. Deux journalistes chiliens ont également été expulsés.

Vous êtes à nouveau en ligne