Venezuela : Emmanuel Macron assure que l'Europe "soutient la restauration de la démocratie"

Emmanuel Macron sur le perron de l\'Elysée, à Paris, le 23 janvier 2019.
Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée, à Paris, le 23 janvier 2019. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le président français s'est exprimé, jeudi, sur Twitter. La veille, Juan Guaido, le président du Parlement et leader de l'opposition, s'était autoproclamé président par intérim.

"Je salue le courage des centaines de milliers de Vénézuéliens qui marchent pour leur liberté, a écrit sur Twitter Emmanuel Macron, jeudi 24 janvier. Le président français s'est exprimé alors que Juan Guaido, le président du Parlement et leader de l'opposition, s'est autoproclamé président par intérim. "Après l’élection illégitime de Nicolas Maduro en mai 2018, l’Europe soutient la restauration de la démocratie", a-t-il ajouté.

Mercredi, à Caracas, la capitale du pays, des dizaines de milliers de partisans de l’opposition ont marché contre le président élu Nicolas Maduro, et ont écouté Juan Guaido, 35 ans, qui promet des élections libres.

La haute représentante de l'UE Federica Mogherini avait appelé dès mercredi à écouter la "voix" du peuple du Venezuela et elle avait réclamé des élections "libres". Mais sa déclaration ne contenait toutefois pas le mot "illégitime".

Moscou craint un "bain de sang"

Le président américain, Donald Trump, a annoncé qu'il reconnaissait Juan Guaido comme président par intérim. Dans la foulée, plusieurs pays dont le Canada, la Colombie, le Paraguay et le Brésil ont aussi soutenu le trentenaire. 

De son côté, Moscou dénonce l'interférence étrangère au Venezuela et estime que cette autoproclamation ouvre la "voie vers le bain de sang". La Chine, premier créancier de Caracas, a elle aussi déclaré jeudi être "opposée aux ingérences extérieures"Cuba a fait part de son "ferme soutien" au président Maduro face à une "tentative de coup d'Etat". Le Mexique du président de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador a indiqué maintenir son soutien au dirigeant socialiste, reconnaissant "les autorités élues selon la Constitution vénézuélienne"

Vous êtes à nouveau en ligne