Venezuela : l'Assemblée nationale décrète l'état d'alerte après 100 heures de panne de courant

Une distribution d\'eau supervisée par l\'armée à Caracas, le 11 mars 2019. 
Une distribution d'eau supervisée par l'armée à Caracas, le 11 mars 2019.  (YURI CORTEZ / AFP)

Le pays, paralysé par une panne d'électricité, a été placé en état d'alerte, phase préliminaire avant l'état d'urgence. 

Le Parlement vénézuélien, seule institution dominée par l'opposition, a décrété l'état d'alerte, lundi 11 mars, après quatre jours de panne d'électricité, à la demande de Juan Guaido, président par intérim autoproclamé. "L'état d'alerte est décrété sur tout le territoire national (...) en raison de la situation calamiteuse dans le pays due à l'interruption de l'électricité", stipule le décret soumis par Juan Guaido, qui fait appel à la "coopération internationale" pour sortir le pays de l'ornière

Selon la Constitution, la proclamation de l'état d'alerte - phase préliminaire à l'état d'urgence - ouvre théoriquement la voie aux quelque 250 tonnes d'aide humanitaire, vivres et médicaments offerts principalement par les Etats-Unis, stockées aux portes du pays et que le gouvernement avait bloqué par la force le 23 février.

La crise énergétique se poursuit 

Le courant est encore totalement instable dans les quartiers de Caracas. S'il revient par intermittence, la crise énergétique se poursuit bel et bien : lundi à l'aube, une installation électrique a explosé à Caracas pour des raisons inconnues et des magasins ont été pillés dimanche. L'eau et la nourriture commencent à manquer. Le président socialiste Nicolas Maduro a aussi dû décréter deux nouvelles journées chômées pour les administrations et les écoles lundi et mardi, faute de transports publics.

"Non, la situation n'est pas normale au Venezuela et nous n'allons pas laisser se normaliser cette tragédie", a déclaré Juan Guaido, énumérant les nombreuses pénuries au quatrième jour de cette panne gigantesque.

Vous êtes à nouveau en ligne