Venezuela : deux Américains inculpés pour "terrorisme" après une "tentative d'invasion" et de "coup d'Etat"

Le président vénézuélien Nicolas Maduro brandit les passeports et les cartes professionnelles de deux Américains arrêtés, le 6 mai 2020, à Caracas.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro brandit les passeports et les cartes professionnelles de deux Américains arrêtés, le 6 mai 2020, à Caracas. (MARCELO GARCIA / VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP)

Le président Nicolas Maduro accuse son rival américain Donald Trump d'avoir "dirigé directement" cette "invasion par la mer", qui a été avortée dimanche.

Ils sont accusés de "tentative d'invasion" du Venezuela. Quatre jours après leur arrestation dans le pays, deux ex-soldats des forces spéciales américaines ont été inculpés pour "terrorisme" et "conspiration", a annoncé le procureur général du Venezuela, vendredi 8 mai.

Luke Denman, 34 ans, et Airan Berry, 41 ans, ont été interpellés lundi après que les autorités ont bloqué un débarquement de "mercenaires venant de Colombie" sur une plage à une heure de route de la capitale Caracas. Pour l'heure, 31 "mercenaires" ont été arrêtés, selon le parquet.

Le président Nicolas Maduro accuse son rival américain Donald Trump d'avoir "dirigé directement" cette "invasion par la mer". Il y voit "un remake" vénézuélien de la "Baie des Cochons", l'opération ratée montée par des exilés cubains et la CIA en 1961 pour renverser Fidel Castro. Donald Trump a pourtant assuré, vendredi, que les Etats-Unis n'étaient pas derrière l'opération avortée.

Maduro accuse Guaido d'être impliqué

Nicolas Maduro ajoute que l'opération a été montée par le chef de file de l'opposition, Juan Guaido, pour fomenter un "coup d'Etat" à son encontre. L'opposant se serait appuyé sur deux hommes : un ancien soldat américain, Jordan Goudreau, et un Vénézuélien de Miami, Juan José Rendon. 

Dans un entretien à CNN (en espagnol), Juan José Rendon, conseiller politique réputé proche de Juan Guaido, a reconnu avoir signé un contrat avec Jordan Goudreau, fondateur de la société de sécurité privée Silvercorp USA, pour "étudier la capture et le transfert" de Nicolas Maduro. Mais il assure que le feu vert n'a pas été donné à l'entrepreneur pour mettre en branle l'opération et que Juan Guaido n'était pas au courant.

Après l'arrestation de Luke Denman et d'Airan Berry, le président vénézuélien a brandi leurs passeports et leurs cartes d'identité professionnelles de Silvercorp à la télévision. Dans leurs interrogatoires, réalisés dans des conditions inconnues, les deux hommes disent que leur objectif, après avoir débarqué sur les côtes vénézuéliennes, était de s'emparer d'un aéroport, puis de mettre Nicolas Maduro dans un avion à destination des Etats-Unis, où le président vénézuélien est accusé de "narco-terrorisme". Selon eux, le patron de Silvercorp a reçu ses ordres de Donald Trump.

Nicolas Maduro a également produit la copie d'un "contrat" qui aurait été signé entre Jordan Goudreau et Juan Guaido, entre autres, pour fixer les termes de cette "mission" sur papier. L'opposition vénézuélienne a démenti être en relation avec Silvercorp USA et estimé, mercredi, que ce "faux" avait été créé pour "justifier une tentative d'arrestation" de Juan Guaido.

Vous êtes à nouveau en ligne