Manifestations contre Maduro au Venezuela : "C'est au sein de l'armée que se jouera l'avenir, ou non, de ce mouvement"

De nombreux manifestants dans les rues de Caracas au Venezuela, le 23 janvier 2018. 
De nombreux manifestants dans les rues de Caracas au Venezuela, le 23 janvier 2018.  (YURI CORTEZ / AFP)

Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes à Sciences-Po Paris, a réagi sur franceinfo aux événements au Venezuela. 

Alors que le président du Parlement vénézuélien Juan Guaido, principal opposant au président Nicolas Maduro, s'est proclamé mercredi 23 janvier chef de l'État par intérim du pays, Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes à Sciences-Po Paris a estimé sur franceinfo que "c'est au sein de l'armée que se jouera l'avenir, ou non, de ce mouvement."

>>>Manifestations contre Maduro au Venezuela : l'Union européenne appelle à écouter "la voix" du peuple et réclame des élections "libres"

"Je pense que, sur le plan international, cette proclamation a d'ores et déjà de solides soutiens puisque les États-Unis, le Canada, de nombreux pays latino-américains ont déclaré reconnaître ce président, a expliqué le spécialiste de l'Amérique latine. La question est de savoir si, sur le plan interne, l'armée, qui est aujourd'hui le dernier soutien du régime, reconnaîtra ou non cette proclamation. Est-ce qu'il y aura des divisions ? C'est, de mon point de vue, là où va se jouer la portée de cette proclamation sur le plan de la politique intérieure vénézuélienne", a-t-il expliqué. 

Selon lui, "on arrive à un moment critique pour ce pays qui est complètement en faillite et qui, aujourd'hui, a le plus grand mal à subvenir aux besoins les plus élémentaires de sa population". Les élections présidentielles qui ont eu lieu l'année dernière "n'étaient pas compétitives, et, de ce point de vue, on pouvait s'attendre à ce que l'investiture de M. Maduro ne soit pas reconnue par un certain nombre de pays." D'après le directeur exécutif de l'Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes à Sciences-Po Paris, les reconnaissances de la part de plusieurs pays, tant latino-américains que des Etats-Unis de M. Guaido "n'ont pas eu lieu par hasard".

Vous êtes à nouveau en ligne