Le Venezuela dévalue sa monnaie de 96%

Une femme tient des billets de bolivars souverains, le 21 août 2018, à Caracas au Venezuela.
Une femme tient des billets de bolivars souverains, le 21 août 2018, à Caracas au Venezuela. (FEDERICO PARRA / AFP)

La nouvelle devise, le bolivar souverain, est indexée sur la valeur du petro, une cryptomonnaie vénézuélienne. Une mesure prise alors que l'économie vénézuélienne est en grande difficulté.

Le Venezuela, dont l'économie est en chute libre, tente de redresser la barre. Après le lancement de nouveaux billets amputés de cinq zéros pour lutter contre l'inflation, le gouvernement vénézuélien a dévoilé, mardi 21 août,  la seconde phase de son plan de relance économique qui dévalue de 96% sa monnaie par rapport au dollar. Des choix qui sont très critiqués par les économistes.

La BCV a indiqué que le nouveau taux était de 68,65 bolivars souverains pour un euro, équivalant à environ 60 bolivars souverains pour un dollar. Le précédent taux officiel équivalait à quelque 2,48 bolivars souverains pour un dollar. Exprimé en bolivars forts, la monnaie qui était en cours jusqu'à lundi, cela reviendrait à le faire passer de 248 210 à 6 000 000 bolivars forts pour un billet vert.

Le bolivar souverain indexé sur une cryptomonnaie

Selon le président socialiste Nicolas Maduro, le bolivar souverain est indexé à la valeur du petro, la cryptomonnaie vénézuélienne avec laquelle le gouvernement entend contourner le manque de liquidités et les sanctions financières des Etats-Unis. C'est la première fois qu'un pays adosse sa monnaie sur une cryptomonnaie. Les prix et les salaires seront fixés dans les deux monnaies.

Dans les rues de Caracas, de longues files étaient visibles aux distributeurs et les Vénézuéliens commençaient à échanger leur nouvelle monnaie, mardi 21 août. Un appel à une grève générale de 24 heures a été lancé ce même jour par l'opposition pour protester contre les décisions du gouvernement. Mais elle semblait  peu suivie, seuls quelques commerces restant fermés.

Vous êtes à nouveau en ligne