VIDEO. "Il faut que Maduro s'en aille" : pour ceux qui ont fui le Venezuela, la situation est de pire en pire

Gilles Gallinaro / RADIO FRANCE

A Caracas, la capitale vénézuélienne, le bras-de-fer se poursuit entre pro et anti Maduro. La situation politique est de plus en plus confuse, pas vraiment de quoi rassurer les milliers de Vénézuéliens qui ont fui leur pays vers la Colombie voisine.

À la frontière entre le Venezuela et la Colombie, plusieurs milliers de personnes traversent chaque jour le pont Simon-Bolivar. Certains pour fuir la crise politique et économique ; d'autres simplement pour s'approvisionner à Cucuta, la première ville colombienne après la frontière, avant de rentrer chez eux.


Ils arrivent avec les derniers biens qu’ils possèdent, même les plus inattendus : Luz Marina, âgée d'une soixantaine d'années, explique qu'un homme lui a proposé de lui acheter ses cheveux : "Ils achètent beaucoup les cheveux des femmes ici, et franchement je ne sais pas ce qu’ils en font. Je ne leur ai pas vendu, parce que je n’en ai pas beaucoup ! Au Venezuela, la situation empire. Le peuple a faim et manque de tout". 

Il faut que Maduro s’en aille, parce qu’il est mauvais

Marina, Vénézuélienne

à franceinfo

Jose-Luis a tout vendu, il arrive de Caracas et décrit une situation inimaginable : "Un paquet de farine coûte ce que l’on gagne en un mois. Les gens meurent de faim, certains font les poubelles pour manger. J’ai vendu ma voiture, c’est grâce à cet argent que je peux faire mes courses ici. Et dans le bus, sur le chemin du retour, on se fait racketter la nourriture même par la police."  

Vous êtes à nouveau en ligne