DIRECT. Manifestations contre Maduro au Venezuela : l'Union européenne appelle à écouter "la voix" du peuple et réclame des élections "libres"

Ce direct est terminé.

Le président du Parlement vénézuélien Juan Guaido s'est autoproclamé président par intérim devant des dizaines de milliers d'opposants à Nicolas Maduro, réunis à Caracas. 

Nicolas Maduro va-t-il être renversé ? Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé "président en exercice" du pays, mercredi 23 janvier, devant des milliers de partisans réunis à Caracas. Les Etats-Unis, le Canada, le Brésil, le Pérou et la Colombie l'ont rapidement reconnu comme président par intérim. Le Mexique a, de son côté, apporté son soutien à Nicolas Maduro. Plusieurs centaines de milliers de manifestants défilent en ce moment à Caracas pour demander le départ du successeur de Hugo Chavez. Suivez la situation en direct.

 Rupture des relations diplomatiques avec Washington. "J'ai décidé de rompre les relations diplomatiques et politiques avec le gouvernement impérialiste des Etats-Unis. Dehors ! Qu'ils s'en aillent du Venezuela", a lancé Nicolas Maduro, en donnant 72 heures aux représentants diplomatiques nord-américains pour quitter le pays.

Juan Guaido veut organiser des élections libres. Le leader de l'opposition l'a annoncé dans un communiqué, où il "jure d'assumer formellement les compétences de l'exécutif national comme président en exercice du Venezuela pour parvenir (...) à un gouvernement de transition". Sans préciser si elle soutenait ou non l'opposant à Nicolas Maduros, l'Union européenne a appelé à écouter "la voix" du peuple et a réclamé la tenue d'élections "libres et crédibles".

"Toutes les options" sont sur la table si le régime de Nicolas Maduro a recourt à la violence, a indique un responsable américain à l'AFP. "Les Vénézuéliens ont trop longtemps souffert aux mains du régime illégitime de Maduro", a affirmé Donald Trump sur Twitter

23h42 : "La question est de savoir si, sur le plan interne, l'armée, qui est aujourd'hui le dernier soutien du régime, reconnaîtra ou non cette proclamation. Est-ce qu'il y aura des divisions ? C'est, de mon point de vue, là où va se jouer la portée de cette proclamation sur le plan de la politique intérieure vénézuélienne."

Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes à Sciences-Po Paris a estimé sur franceinfo que "c'est au sein de l'armée que se jouera l'avenir, ou non, de ce mouvement."



23h36 : "Les droits civils, la liberté et la sécurité de tous les membres de l'Assemblée nationale, y compris de son président, Juan Guaidó, doivent être (...) pleinement respectés."

23h34 : L'Union européenne appelle à écouter la "voix" du peuple du Venezuela et réclamé des élections "libres et crédibles".

23h21 : Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a dit, sur Twitter, "espérer que toute l'Europe va être unie en soutien des forces démocratiques au Venezuela". "Contrairement à Maduro, l'assemblée parlementaire, y compris Juan Guaido, ont un mandat démocratique des citoyens venezuéliens", a ajouté le président du Conseil.

21h49 : Bonjour, Nicolas Maduro va-t-il rompre les relations avec tous les pays ayant reconnu le président par intérim? Quelle est la réaction de la France? Merci

21h44 : Des heurts ont éclaté entre forces de l'ordre et partisans de l'opposition à Caracas. Les violences se sont produites quand des dizaines d'opposants ont bloqué une artère principale dans une banlieue cossue de la capitale. Des membres de la Garde nationale ont alors tenté de les déloger en faisant usage notamment de gaz lacrymogène.








(Federico Parra / AFP)

21h41 : "J'ai décidé de rompre les relations diplomatiques et politiques avec le gouvernement impérialiste des Etats-Unis. Dehors ! Qu'ils s'en aillent du Venezuela, ici il y a de la dignité, voyons !"

Nicolas Maduro a donné 72 heures aux représentants diplomatiques nord-américains pour quitter le pays.




(Luis ROBAYO / AFP)

21h35 : Vous êtes nombreux dans les commentaires à m'interroger sur le soutien des Etats-Unis au chef de l'opposition, qui s'est auto-proclamé président par intérim. Je laisse ici le professeur d'histoire et spécialiste de la politique américaine, Corentin Sellin, nous donner des éclairages sur la relation entre les deux pays.

21h28 : Nicolas Maduro est justement en train de prononcer un discours. Il annonce que le Venezuela rompt ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis.


21h36 : Bonsoir @carmen72, pour vous donner un peu de contexte, le 5 janvier dernier, le Parlement vénézuélien, seule institution contrôlée par l’opposition, s’est déclaré seul pouvoir légitime et a annoncé qu’il allait former un "gouvernement de transition" avant d’organiser de nouvelles élections. Le président de cette assemblée, Juan Guaido, a d'ailleurs aujourd'hui rappelé que la Constitution vénézuélienne lui donnait la légitimité pour assumer le pouvoir dans le cadre d’un gouvernement de transition. Dans le même temps, le deuxième mandat de Maduro, qui a débuté officiellement le 10 janvier, a été rejeté par des pays de la communauté internationale.

21h25 : Je ne comprends pas bien comment un homme peut s'auto-proclamer président par intérim. Est-ce sa place actuelle qui lui permet de le faire ? Pourquoi ne parle-t-on pas de coup d'état ? Pourquoi est-il majoritairement soutenu par la communauté internationale ?

20h57 : Le Mexique maintient son soutien au gouvernement de Nicolas Maduro. Dans le même temps, plusieurs pays dont les Etats-Unis, le Canada, la Colombie, reconnaissent son opposant, président par intérim déclaré.

20h26 : La Colombie, le Brésil, le Pérou, le Canada reconnaissent à leur tour Juan Guaido comme président par intérim.

20h20 : Bonsoir @anonyme, bien sûr, voici un premier point :

- Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé "président" par intérim.

- Des dizaines de milliers de manifestants sont réunis à Caracas pour protester contre le président Nicolas Maduro.

- Le président américain Donald Trump a immédiatement annoncé qu'il reconnaissait le jeune opposant de 35 ans comme président par intérim du pays.


20h20 : Hello France Info! Pourriez vous nous faire un résumé de la situation au Venezuela ? Merci

19h52 : Luis Almagro, secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), basée à Washington, a félicité à son tour Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien. Ce dernier s'est autoproclamé "président en exercice" du pays.

19h26 : Juan Guaido est un ingénieur de 35 ans. Il a été été désigné président de l'Assemblée nationale le 5 janvier dernier. Dans cet article, Le Figaro dresse son portrait.

19h22 : Donald Trump a annoncé qu'il reconnaissait l'opposant Juan Guaido comme président du Venezuela par intérim. Il a invité les autres pays occidentaux à en faire autant.

19h02 : Juan Guaido, nouveau président du Parlement, où l'opposition est majoritaire, espère être en mesure d'unifier les opposants à l'héritier d'Hugo Chavez. Il s'était auparavant dit prêt à le remplacer à titre provisoire, avec le soutien de l'armée, le temps d'organiser des élections libres.




(Rayner Pena / DPA / AFP)

19h02 : Le président du Parlement, et opposant, Juan Guaido, s'autoproclame "président en exercice" du pays.

18h38 : Des dizaines de milliers d'opposants et de partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro manifestent en ce moment à Caracas. C'est le premier retour dans les rues après les violentes mobilisations de 2017 qui avaient fait quelque 125 morts,










(Rayner Pena / DPA / AFP)

16h36 : Ces manifestations se tiennent alors que le pays est asphyxié par la plus grave crise de son histoire récente. Les Vénézuéliens subissent des pénuries alimentaires et de médicaments, ainsi qu'une hyperinflation de 10 000 000% annoncée pour 2019, selon le FMI.

16h32 : Il s'agit des premières grandes manifestations dans le pays depuis celles qui s'étaient soldées par la mort de 125 personnes en 2017.

16h30 : Et déjà, au moins quatre personnes sont mortes au cours de troubles la nuit dernière, selon la police et une ONG.

16h26 : La foule grossit dans les rues de Caracas. Au Venezuela, le gouvernement et l'opposition ont appelé à des manifestations dans un climat tendu, deux jours après un soulèvement militaire réprimé.



(Federico Parra / AFP)

Vous êtes à nouveau en ligne