Venezuela : Nicolas Maduro prête serment, l'opposition conteste

(Jorge Silva Reuters)

Le nouvel homme fort du Venezuela, l'ancien vice-président Nicolas Maduro, a prêté serment vendredi soir devant l'Assemblée nationale, sitôt les funérailles de l'ancien président terminées. Le dauphin désigné d'Hugo Chavez a demandé la convocation "immédiate" d'une élection présidentielle. Pour l'opposition, cette prise de fonction est une "fraude constitutionnelle".

La trêve politique n'aura pas duré longtemps. Vendredi, Nicolas Maduro, ancien vice-président, a prêté serment comme président par intérim, devant l'Assemblée nationale vénézuelienne, juste après les funérailles du président Hugo Chavez décédé mardi.

> À lire  Des dizaines de milliers de Vénézuéliens et 32 chefs d'Etat rendent hommage à Chavez

"Je jure au nom de la plus totale loyauté au comandant Hugo Chavez que nous respecterons la Constitution bolivarienne ", a déclaré devant l'Assemblée nationale le dauphin désigné par l'ancien président. Le Tribunal suprême de justice vénézuélien avait jugé dans la matinée qu'il pouvait prêter serment comme président par intérim.

Une élection "immédiate"

Nicolas Maduro a demandé la convocation "immédiate" d'une élection présidentielle, lors de son discours retransmis à la télévision. Selon la Constitution, l'élection doit se tenir dans un délai de 30 jours suivant la mort du président.

Il a également pris sa première décision politique en nommant au poste de vice-président de la République le ministre des Sciences Jorge Arreaza, gendre de Hugo Chavez.

L'opposition dénonce une fraude constitutionnelle

La plupart des membres de l'opposition ont boycotté le serment du nouvel homme fort du Venezuela, dont ils contestent la nomination. Henrique Capriles, chef de fil de la principale coalition d'opposition, dénonce un "abus de pouvoir " et qualifie de "fraude constitutionnelle " la prise de fonction de Nicolas Maduro. Selon les partis de droite, c'est le président de l'Assemblée nationale qui devrait assurer l'intérim.

La dépouille d'Hugo Chavez sera encore visible une semaine. Puis embaumé, "el comandante" sera plus tard exposé dans un cercueil de verre au futur Musée de la révolution bolivarienne.

> À voir  DIAPORAMA |  Les chavistes rendent hommage au "comandante"

Vous êtes à nouveau en ligne