VIDEO. De Jean-Paul II à François, quand les papes évoquent l’homosexualité

FRANCEINFO

"Quand [l’homosexualité] se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie", a déclaré le pape François. Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de ses deux prédécesseurs.

Un conseil qui se transforme en polémique. Dimanche 26 août, le pape François a recommandé le recours à la psychiatrie lorsque des parents constatent des "tendances homosexuelles" dès l'enfance chez leur progéniture. Des propos "irresponsables" selon plusieurs associations de défense des droits LGBT en France. Et ce n'est pas la première fois qu'un pape évoque l'homosexualité comme une menace à combattre.

"Jean-Paul II a rappelé les grands principes de l'Église. Il a dit non à la bande des quatre péchés de notre époque : la contraception, le divorce, l’homosexualité et l’euthanasie", rapportait un journaliste en 1987. Plus récemment, en 2006, "Benoît XVI a dénoncé les menaces contre la famille, condamnant ainsi l’homosexualité, l’avortement et la contraception", commentait un autre reporter.

Un acte d'ouverture en 2013

En 2013, pourtant, le pape François avait fait preuve d'une ouverture inédite à l'égard des personnes homosexuelles avec sa fameuse formule "Qui suis-je pour juger ?", sans pour autant remettre en cause la doctrine de l'Église qualifiant l'homosexualité d'acte "désordonné".

Vous êtes à nouveau en ligne