Religion : le président chinois veut réécrire la Bible

FRANCE 2

Lors de son traditionnel discours urbi et orbi, le pape François ne s'est pas prononcé sur la Chine et sa volonté de réécrire la Bible dans une version plus communiste. Les autorités de Pékin ont convoqué les représentants des différents cultes pour les exhorter à adapter les textes sacrés.

Y aura-t-il bientôt deux Bibles différentes ? Une validée par le pape, pour les catholiques à travers le monde. Et une assez différente pour les messes en Chine, revue et corrigée par Xi Jingping. Le numéro un chinois a indiqué au mois de novembre son intention de renforcer son contrôle sur les textes de toutes les religions. Dix millions de chinois sont catholiques pratiquants. Une Église officielle tolérée par le parti qui nomme les prêtres et vérifie que les sermons ne contiennent pas de politique.

Le premier commandement ne passe pas

Le culte est donc sous surveillance. Mais ce n'est pas suffisant pour certains cadres du parti. "Sur les façades d'églises, il y avait des banderoles avec les dix commandements, dont le premier, 'Tu ne tueras point', et c'était perçu par le pouvoir local comme étant une critique de la peine de mort telle qu'elle est pratiquée très largement en Chine", souligne Nicolas Seneze, correspondant de La Croix au Vatican (Italie). À Rome (Italie), les touristes chinois arrivent par dizaines de milliers chaque jour. Mais la plupart ne sont pas chrétiens. Alors à leurs yeux, réécrire la Bible n'est pas choquant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne