Migrants : le pape François explique son geste de solidarité

France 3

Une nouvelle vie commence pour les douze réfugiés syriens que le pape a décidé d'accueillir au Vatican après sa visite sur l'île de Lesbos en Grèce. Un geste qui tranche avec les propos de certains dirigeants européens qui ne veulent pas de migrants sur leur territoire.

Ce dimanche matin, la place Saint-Pierre à Rome était bondée. À la fenêtre, le pape François est revenu avec émotion sur sa rencontre avec des réfugiés sur l'île de Lesbos (Grèce). Des hommes et femmes qui ont marqué ce petit-fils d'immigrés italiens. "J'ai rencontré quelque 300 réfugiés hier, un par un. Il y avait tant d'enfants. Quelques-uns ont assisté à la mort de leurs parents, de leurs amis noyés en mer. J'ai vu tant de douleur", a-t-il raconté à la foule.

12 personnes sauvées

Samedi à Lesbos (Grèce), le pape a décidé de ramener avec lui trois familles syriennes. Ces migrants vivaient jusque-là dans un camp de migrants. Trois hommes, trois femmes et six enfants sont arrivés samedi soir à Rome. Ces réfugiés musulmans ont passé leur première nuit dans une pension tenue par une communauté catholique. Ils sont enfin en sécurité après avoir fui la guerre. Le choix du pape a été largement bien accueilli par les fidèles chrétiens interrogés par France 3 à Notre-Dame de Paris notamment.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne