Le Vatican change de ton vis-à-vis des homosexuels

Le pape François (à droite), le 12 octobre 2014, au Vatican.
Le pape François (à droite), le 12 octobre 2014, au Vatican. (MASSIMO VALICCHIA / NURPHOTO / AFP)

Dans un document présenté lundi, l'Eglise catholique estime que les homosexuels peuvent apporter "des dons et des qualités" à la communauté chrétienne.

C'est une petite phrase qui va faire du bruit. Dans un document présenté lundi 13 octobre, à mi-parcours du synode sur la famille, le Vatican estime que les homosexuels "ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne". C'est le signe d'un changement de ton notable, même si l'Eglise ne revient pas sur sa condamnation des actes homosexuels et son opposition au mariage de couples de même sexe.

Le document La Relatio post disceptationem juge que "la question homosexuelle se présente comme un défi éducatif important" pour l'Eglise catholique. Le texte se pose d'autre part la question de savoir si l'Eglise est "en mesure d'accueillir ces personnes en leur garantissant un espace de fraternité" et si les communautés peuvent les accueillir "sans compromettre la doctrine catholique sur la famille et le mariage".

"Une attitude pastorale plus miséricordieuse"

Autre nouveauté, "sans nier les problématiques morales liées aux unions homosexuelles", le texte prend acte notamment "de cas où le soutien réciproque jusqu'au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires". Ce document doit servir de base aux discussions de la seconde semaine du synode, qui a été convoqué par le pape François et réunit au Vatican 200 évêques sur le thème de la famille. Il doit aussi servir à la réflexion des catholiques du monde entier en vue du synode prévu l'année prochaine.

Pour John Thavis, spécialiste du Vatican et auteur d'un best-seller – Les dessous du Vatican (éd. Jean-Claude Gawsewitch) – en 2013 sur le sujet, le document publié lundi est ni plus ni moins "qu'un séisme" en ce qui concerne l'attitude de l'Eglise vis-à-vis des homosexuels. "Le document reflète clairement la volonté du pape François d'adopter une attitude pastorale plus miséricordieuse sur les questions du mariage et de la famille", dit-il.

Un certain nombre de participants au synode, qui se tient à huis clos, sont d'avis que l'Eglise devrait mettre un bémol à son vocabulaire lorsqu'elle condamne les homosexuels, et éviter des formules comme "intrinsèquement désordonnés" utilisées à leur encontre. Une expression prononcée par Benoît XVI, le prédécesseur de François, dans un document rédigé avant son élection au trône de saint Pierre.