"Il n'y a aucune mesure concrète": la déception des victimes d'abus sexuels après le sommet au Vatican

Le pape François et des évêques au Sommet du Vatican sur la pédophilie dans l\'Eglise, le 24 février 2019.
Le pape François et des évêques au Sommet du Vatican sur la pédophilie dans l'Eglise, le 24 février 2019. (GIUSEPPE LAMI / ANSA)

Les victimes d'abus sexuels n'ont pas caché leur déception à la fin du sommet au Vatican sur la pédophilie dans l'Eglise.

Les victimes ont été omniprésentes lors du sommet sur la pédophilie dans l'Eglise. Leurs témoignages poignants, durs et accusateurs ont été diffusés à la centaine d'évêques présents. Mais la conclusion offerte par le pape François ne les satisfait pas. Le pape a notamment comparé les victimes d'agressions sexuelles aux "êtres humains" soumis "au sacrifice de rites païens." Que des paroles pour les victimes qui en demandaient beaucoup plus. 

"Il n'y a aucune mesure concrète", regrette Piero Borgi, victime italienne de l’association Ending Clerical Abuse. Ce que nous attendions c'est que le clergé dénonce ses coupables, qu'il ouvre ses archives et les mette à la disposition de la justice pour endiguer ce phénomène et réparer l'injustice. 

La culture du silence continue

Le pape est resté muet sur l’indemnisation des victimes. Il n'a pas non plus parlé de la transparence réclamée par la partie libérale de l’épiscopat. On ne sait pas combien de prêtres globalement ont été condamnés ni combien d’évêques négligents ont été écartés. C'est une perpétuation de la culture du silence pour Peter Saunders. Ce Britannique est l'une des premières victimes à avoir haussé la voix. 

Du point de vue de la protection des enfants, ce sommet c’est du temps perdu ! Le pape ne nous a pas apporté la garantie que les prêtres coupables et les évêques qui les couvrent seront écartés.Peter Saundersà franceinfo

Le Vatican a annoncé trois mesures immédiates. Un vadémécum sur les procédures à suivre pour les évêques doit être publié, un texte spécifique sur ce thème pour la curie. Des équipes d’experts seront envoyés dans les pays les plus en retard. D’autres mesures doivent suivre promettent les organisateurs du sommet. lls repartent d'ailleurs en réunion dès lundi matin pour aller plus loin vers la tolérance zéro, le pape ayant demandé dimanche une "bataille totale" contre les abus sexuels dans l’Eglise.

Reportage de Mathilde Imberty avec les victimes au sommet du Vatican
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne