Cinq signes que le pape est devenu pop

Une religieuse prend en photo un graffiti représentant le pape François en superhéros sur un mur de Rome (Italie), le 29 janvier 2014.
Une religieuse prend en photo un graffiti représentant le pape François en superhéros sur un mur de Rome (Italie), le 29 janvier 2014. (ALESSANDRO BIANCHI / REUTERS)

Alors que la papauté est parfois symbole d'archaïsme et de tradition, le pontificat du pape François, 77 ans, bouleverse tous les codes établis et hisse le chef de l'Eglise catholique au rang de figure inattendue de la pop culture.

Superhéros ou rockstar ? Alors que Jorge Mario Bergoglio célèbre son premier anniversaire à la tête de l'Eglise catholique, celui que l'on nomme désormais François se révèle jour après jour comme un personnage de la pop culture avec lequel il faut désormais compter. La preuve par cinq.

1 Comme Katy Perry, il séduit internet

Si le compte Twitter du pape @pontifex a vu le jour sous le pontificat de Benoît XVI en décembre 2012, c’est avec l’élection du pape François que le nombre de followers s’est envolé.

Avec un peu plus de 3,5 millions d'abonnés (10 millions si l’on additionne ses neuf comptes en langues étrangères), le pape reste quand même très loin de Katy Perry, la championne dans cette catégorie avec près de 50 millions de personnes qui la suivent. Mais François se rattrape sur Google. Depuis son élection en mars 2013, il arrive en tête du nombre de requêtes sur le moteur de recherche avec une moyenne de 1,7 million de recherches mensuelles et plus de 49 millions de mentions sur internet. Plus fort que Barack Obama et ses 1,5 million de recherches par mois comme le rappelle Le Figaro.

Un plébiscite qui s'explique peut-être en partie par cette déclaration surprenante du souverain pontife la semaine dernière qui n'a pas hésité à qualifier internet de "don de Dieu"

2 Comme Che Guevara, il inspire les street artists

Est-ce la première œuvre d’une longue série ? Mercredi 29 janvier, le ministère des communications sociales du Vatican a publié, via son compte Twitter (encore) une photo montrant le pape François représenté en superhéros sur un mur de Rome.  

Cette œuvre du street artist (artiste urbain) italien Maupal marque un tournant dans la représentation papale jusqu’alors cantonnée par la pop culture à l’ironie ou l’irrévérence. 

Deux oeuvres de street art représentant le pape Benoît XVI dans une situation peu flatteuse.
Deux oeuvres de street art représentant le pape Benoît XVI dans une situation peu flatteuse. (DR)

Avec François, le pape est passé du statut de vieux papy un peu sénile à celui de superhéros, volant tout de blanc vêtu et poing en avant au secours du monde. Cette vision fantasmée d'un justicier des valeurs morales n’est pas sans rappeler cette autre idéalisation iconographique célèbre : celle du révolutionnaire Che Guevara, probablement la figure politique la plus représentée sur les murs du monde entier.

Capture d\'écran des résultats affichés par Google images à la suite de la requête \"Che Guevara graffiti\".
Capture d'écran des résultats affichés par Google images à la suite de la requête "Che Guevara graffiti". (DR)

3 Comme Kanye West, il fait la une de "Rolling Stone" 

Non content d’avoir été élu pape en mars dernier, Jorge Mario Bergoglio a depuis remporté la traditionnelle élection de l'"homme de l’année" du magazine Time, et celle, plus insolite du plus vieux magazine gay américain The Advocate. Une décision polémique qui n’aura pas manqué de diviser la communauté LGBT dans le monde, comme le souligne Slate.fr.

Deux unes consacrant le pape François \"personne de l\'année\" en 2013.
Deux unes consacrant le pape François "personne de l'année" en 2013. (DR)

Moins politique, le pape a également été élu "homme le mieux habillé de l’année" par le magazine masculin Esquire, détrônant ainsi l’acteur Joseph Gordon-Levitt. Un pape icône de la mode ? Du jamais-vu en 266 pontificats…

Pour enfoncer le clou, c’est à la une du célèbre magazine américain Rolling Stone que s'affiche le pape François en février 2014. Une première pour un pape et pour le magazine culturel lancé en 1967. Fort de cette nouvelle médiatisation, "Franciscus" rejoint ainsi un panthéon de personnalités où l'on trouve pêle-mêle Barack Obama, Britney Spears ou Djokhar Tsarnaev. Une manière de rappeler qu'il est le patron, n’en déplaise au rappeur américain Kanye West.

Les unes du magazine américain Rolling Stone consacrées au pape François en février 2014 et au rappeur Kanye West en février 2006.
Les unes du magazine américain Rolling Stone consacrées au pape François en février 2014 et au rappeur Kanye West en février 2006. (DR)

4 Comme les Rolling Stones, il donne des grands-messes

En neuf mois de pontificat, le pape François a attiré 6,6 millions de fidèles au Vatican soit près de trois fois plus que son prédécesseur Benoît XVI durant toute une année, comme le rapporte la préfecture de la maison pontificale. Un succès à attribuer à la personnalité du nouveau pape et à sa proximité physique naturelle avec ses fidèles.

Des millions de personnes se pressent sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro (Brésil) pour assister à la messe de clôture des Journées mondiales de la Jeunesse célébrée par le pape François, le 28 juillet 2013.
Des millions de personnes se pressent sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro (Brésil) pour assister à la messe de clôture des Journées mondiales de la Jeunesse célébrée par le pape François, le 28 juillet 2013. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

A 77 ans, les messes données en plein air par l’ancien archevêque de Buenos Aires ont parfois des allures de concert de rock. En juillet dernier, ils étaient plus de trois millions de pèlerins à acclamer le souverain pontife sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro (Brésil) en clôture des Journées mondiales de la jeunesse. Un record selon le maire de la ville qui avait accueilli sur cette même plage en 2006 les Rolling Stones pour un concert donné devant (seulement) 1,7 million de personnes. Sympathy for the pope ?

5 Comme Barack Obama, il fait des "selfies" et des "likes"

Si l’année 2013 a consacré le pape François, elle a également vu l’émergence d’une nouvelle pratique so pop : le selfie. Elu mot de l’année par les dictionnaires d'Oxford, cette technique de l’autoportrait avec un smartphone, dont l'usage sur internet a augmenté de 17 000% en 2013, a immédiatement été adoptée par le pape François qui n’hésite pas à poser avec ses fidèles.

Le pape François pose avec des fidèles.
Le pape François pose avec des fidèles. (AP / SIPA / AFP)

Au point techniquement sur le selfie, le chef de l'Eglise catholique s'essaie également au like, ce signe que l’on appelait avant l’arrivée de Facebook un pouce levé. Un geste parfaitement maîtrisé par le président américain Barack Obama qui a contribué à lui coller cette image de "coolitude" universelle.

Le pape François et le président américain Barack Obama, deux adeptes du \"like\".
Le pape François et le président américain Barack Obama, deux adeptes du "like". (REUTERS / SIPA)

On parie que le pape François fait un "high-five" avant la fin de l'année ?

Vous êtes à nouveau en ligne