Abus sexuels : un sommet "inédit" de l’Église

FRANCE 3

Antoine-Marie Izoard, directeur de la rédaction de "Famille Chrétienne", est l'invité du Soir 3 afin de décrypter les enjeux du sommet de l’Église sur les abus sexuels.

Les murs du Vatican accueillent un sommet d’une importance capitale sur les abus sexuels pratiqués par des membres du clergé catholique. Le pape François a promis du changement et Antoine-Marie Izoard, directeur de la rédaction de Famille Chrétienne est sur le plateau du Soir 3 afin d’analyser la situation. "C’est un sommet inédit. Il faut remonter à 1985 et un bilan, je crois, du concile Vatican II, pour voir rassemblés des présidents d’épiscopats du monde entier. C’est une vraie convocation des responsables des hiérarchies catholiques à travers la planète. Ça, déjà, ça me paraît être un point important. Ce n’est pas juste la France, l’Allemagne, les États-Unis, l’Australie, des pays dont on a beaucoup entendu parler sur ces affaires-là, mais c’est le monde entier." 

"Être beaucoup plus sévères" 

Que faut-il attendre de la réunion du sommet sur les affaires de pédophilie dans l’Église catholique, à Rome (Vatican) ?  "On peut attendre des procédures, explique Antoine-Marie Izoard. On peut attendre un certain nombre d’actes, de convictions de l’Église catholique définitives et fermes pour la formation des séminaristes, pour l’écoute des victimes. On peut attendre aussi des sanctions pour les prêtres abuseurs et puis d’être plus sévère, beaucoup plus sévère avec ceux qui auraient couvert ces actes." 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne