VIDEO. Voici cinq raisons d'être optimiste pour notre planète

BRUT

Non, tout n'est pas perdu pour la planète. Voici 5 raisons d'être optimiste en 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La Grande Barrière de corail bientôt sauvée ?

Un ambitieux projet pourrait mettre un terme à la disparition de la Grande Barrière de corail. Pour ce faire, des chercheurs ont récupéré des ovules et du sperme de corail pour les féconder. Cela pourrait ainsi permettre de réintroduire des larves élevées en laboratoire pour repeupler la Grande Barrière de corail. 

Actuellement menacés de disparition, les récifs coraliens font en effet l'objet de toutes les attentions : ils abritent 30 % des espèces animales et végétales marines tout en ne recouvrant que 0,2 % de la surface océanique.

Londres, ville verte plus que jamais

En Angleterre, Londres s'apprête à devenir la première "ville parc national" au monde. La capitale aux 8 millions d'habitants contient près de 47 % d'espaces verts et pas moins de 13 000 espèces animales différentes. Officialisée à l'été 2019, l'objectif de la nomination est de sensibiliser les Londoniens à l'écologie, la nature et à leur importance pour la santé. 

L'Europe en passe de dire stop aux plastiques à usage unique

Plus généralement, en Europe, les plastiques à usage unique vont être définitivement interdits. Dernière étape nécessaire à la validation, le Parlement et le Conseil de l'Union européenne devraient valider cette loi en 2019.

Les États-Unis, sauveurs du rhinocéros blanc du sud

Aux États-Unis, une grande étape dans la préservation des rhinocéros pourrait être franchie avec la fécondation in-vitro. Deux femelles rhinocéros blanc du Sud viennent ainsi d'être inséminées artificiellement au zoo de San Diego. 

Une réduction de la production d'hydrofluorocarbure

Dans le monde, la lutte contre le réchauffement climatique pourrait faire un pas en avant. Et ce, grâce à un accord mondial réduisant la production d'hydrofluorocarbure de 80 %. Notamment utilisés dans les systèmes de réfrigération, ces gaz contribuent au réchauffement climatique : ils détruisent la couche d'ozone pourtant en voie de guérison. Les scientifiques estiment que leur limitation permettra de réduire le réchauffement climatique de 0,4°C. 

Vous êtes à nouveau en ligne