VIDEO. L'Oklahoma libère 462 détenus, la plus importante commutation de peines de l'histoire américaine

L'Oklahoma possède l'un des plus hauts taux d'incarcération des Etats-Unis.

Ils sont libres. Quatre cent soixante-deux détenus ont été libérés lundi 4 novembre des prisons de l'Oklahoma (Etats-Unis). C'est la plus importante commutation de peines en une journée dans le pays, a assuré le gouverneur républicain de l'Etat, Kevin Stitt. "Cet événement est une nouvelle étape de notre calendrier historique pour faire avancer la réforme de la justice pénale", a-t-il ajouté. Le comité de probation de l'Etat avait recommandé une libération pour 527 détenus, mais 65 d'entre eux resteront en prison car ils sont poursuivis dans d'autres affaires. Avec près de 26 000 détenus, l'Oklahoma est un des Etats qui possèdent le plus haut taux d'incarcération du pays, selon Les Echos. Un triste record que le gouverneur voulait effacer. 

Cette décision s'inscrit dans un contexte global aux Etats-Unis, où les autorités des Etats et les autorités fédérales ont lancé ces dernières années des politiques visant à réduire les peines de certains délits et crimes non violents.

"J'ai beaucoup de choses à changer dans ma vie"

La plupart des détenus libérés avaient été incarcérés pour possession de drogues. Or, en 2016, les électeurs de l'Etat ont adopté des réformes de la justice pénale qui ont fait de la simple possession de drogue un délit mineur plutôt qu'un crime. Ceux qui ont pu sortir, au bout de trois ans de détention en moyenne, ont retrouvé leur famille. "Je suis juste très heureuse de revoir ma famille, a déclaré Patrina Hunt, ancienne détenue. Je suis très jeune et j'ai beaucoup de choses à changer dans ma vie."

Présent à la sortie de l'établissement correctionnel Eddie Warrior pour femmes, dans le comté de Muskogee, le gouverneur a tenu à saluer les 70 femmes qui en ont franchi les portes. "Nous espérons que ces femmes vont se réinsérer dans la société et qu'elles ne retourneront plus dans cet endroit", a-t-il déclaré. Selon Kevin Stitt, ces libérations devraient permettre à l'Oklahoma d'économiser 12 millions de dollars.

Vous êtes à nouveau en ligne