VIDEO. À Paris, des trottinettes électriques bientôt disponibles en libre-service partout dans la capitale

brut

Marre des longues lignes droites sur votre trajet pour vous rendre au bureau ? Des trottinettes électriques pourraient bientôt réduire votre temps de déplacement. Les engins seront en libre-service un peu partout dans la ville de Paris.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Gagner quelques minutes sur votre trajet quotidien ? Ce sera bientôt possible grâce à la mise à disposition de trottinettes électriques un peu partout dans la capitale. L’entreprise américaine Lime est à l’origine de cette initiative. Pour cela, elle est partie d’un constat de base : les trottinettes sont dix fois plus utilisées par les Américains.

L’usage des trottinettes est tellement simple, qu’elles sont devenues un nouveau mode de déplacement à l’instar des transports ou de la marche. "Ça devient une véritable habitude de débloquer une trottinette sur le chemin pour finir le trajet métro-boulot ou métro-appartement", selon Arthur-Louis Jacquier, directeur général de Lime France.

Une économie du partage

Pour débloquer une trottinette, il faudra télécharger une application et payer un euro. Par la suite, chaque minute d’utilisation sera facturée 15 centimes. Tous les soirs, à partir de 21 heures, les engins seront récupérés où ils se trouvent. Objectif : les charger mais surtout les réparer. Ainsi, l’entreprise espère éviter les problèmes de dégradation, qui ont souvent lieu la nuit. Pas question non plus de s’inquiéter pour le parking. "Tous les matins, on va les remettre à des endroits bien spécifiques, où tous les matins, l’utilisateur pourra trouver des trottinettes Lime sans problème", explique le directeur général de Lime France.

Par ailleurs, Lime France est aussi "très fière" de la dimension écologique que prend son service. Outre la mise à disposition d’un mode de transport simple et écologique, l’entreprise américaine participe également à un "changement des mentalités". "Aujourd’hui, vous n’êtes pas obligé de posséder votre propre véhicule pour vous déplacer. Vous pouvez le partager avec des gens et c’est cette économie du partage qui est très importante pour nous", défend Arthur-Louis Jacquier.

Vous êtes à nouveau en ligne