Une Américaine porte plainte affirmant avoir été inséminée par le sperme d'un criminel schizophrène

Des échantillons de sperme dans le laboratoire d\'un hôpital à Bordeaux, le 28 mai 2013.
Des échantillons de sperme dans le laboratoire d'un hôpital à Bordeaux, le 28 mai 2013. (BURGER / PHANIE / AFP)

La femme reproche à la banque de sperme de lui avoir promis la semence d'un neuroscientifique de génie.

Elle voulait un petit génie, elle s'inquiète désormais pour la santé mentale de son enfant. Une Américaine reproche à une banque de sperme de lui avoir vendu la semence d'un criminel schizophrène présenté comme un neuroscientifique de génie, a raconté le Tampa Bay Times, le 15 juin 2016.

La femme, qui habite le comté de Hillsborough en Floride, poursuit une banque de sperme d'Atlanta, du nom de Xytex Corporation. La plaignante a été inséminée il y a 8 ans et dit s'inquiéter de savoir si sa fille va développer une maladie mentale. Elle poursuit la compagnie pour fraude, négligence ou encore détresse émotionnelle intentionnellement infligée.

Schizophrénie psychotique et trouble de la personnalité narcissique

La plaignante explique avoir fait confiance à l'entreprise quand elle a payé 1 840 $ (environ 1 600 euros) pour huit flacons de sperme du donneur n°9623. "Xytex affirme que ses donneurs de sperme sont soumis à un processus de sélection rigoureux, y compris les évaluations et les antécédents médicaux, physiques et psychologiques", détaille la plainte.

Le donneur a été récemment identifié comme étant James Christian Aggeles. Ce dernier aurait été hospitalisé deux fois pour des raisons de santé mentale et de diagnostic "à la schizophrénie psychotique, trouble de la personnalité narcissique et délires grandioses". Quant aux antécédents criminels, que Xytex aurait cachés, cele concernerait des faits de cambriolage, d'intrusion ou encore de conduite désordonnée. 

Au moins 36 femmes concernées

Sur son profil du site web de la compagnie, le donneur n'indiquait pas de problème de santé et affirmait détenir une maîtrise en neurosciences (l'entreprise affirme que le donneur a fourni des copies des diplômes obtenus). Au moins 36 femmes auraient reçu le sperme de ce donneur, selon les informations dévoilées par une autre mère de famille, du nom d'Angie Collins, dont l'histoire a été racontée par The Toronto Star

"Xytex attend avec impatience de se défendre", répond de son côté la compagnie au Tampa Bay Times. Xytex Corporation rétorque que les mêmes poursuites ont déjà été rejetées devant un tribunal  de Géorgie. Le juge avait alors statué que cela relevait d'une action en "naissance illicite", une procédure qui n'est pas reconnue en Géorgie.

Vous êtes à nouveau en ligne