Un tireur ouvre le feu dans un aéroport de Floride, faisant au moins cinq morts

Des passagers massés sur le tarmac de l\'aéroport de Fort Lauderdale-Hollywood, en Floride (Etats-Unis), vendredi 6 janvier 2017, après une fusillade.
Des passagers massés sur le tarmac de l'aéroport de Fort Lauderdale-Hollywood, en Floride (Etats-Unis), vendredi 6 janvier 2017, après une fusillade. (TAYLOR ELENBURG / COURTESY OF TAYLOR ELENBURG / AFP)

La fusillade a éclaté dans la zone de livraison des bagages de l'aéroport de Fort Lauderdale. Rien n'a encore filtré sur l'identité du tireur.

Au moins cinq personnes ont été tuées et au moins huit ont été blessées dans une fusillade à l'aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood, en Floride, vendredi 6 janvier. Le tireur a été arrêté par la police et placé en détention, annonce le shérif du comté de Broward. Il était passager d'un avion qui venait d'atterrir, mais son identité n'a pas encore été dévoilée. Pour l'heure, ses motivation restent inconnues.

Les voyageurs réunis sur le tarmac par la police

Le sénateur de Floride Bill Nelson a déclaré à la chaîne MSNBC qu'il avait une identification de l'armée américaine. Le commissaire du comté de Broward, Chip LaMarca, a indiqué que le tireur avait un pistolet dans son bagage en soute. Après avoir récupéré son bagage, il s'est rendu dans les toilettes pour charger son arme et a tiré sur les autres passagers en ressortant, dans le terminal 2 de l'aéroport, où est située la zone de livraison des bagages.

Les forces de sécurité ont rassemblé des voyageurs sur le tarmac, selon les images diffusées par les chaînes de télévision américaines. Cet aéroport voit transiter de nombreux touristes inscrits pour une croisière ou se rendant dans un pays des Caraïbes.

Après la panique initiale, "le calme semble revenu mais la police ne laisse personne partir de l'aéroport", témoigne Ari Fleischer, ancien attaché de presse du président George W. Bush, sur son compte Twitter.

Un nouveau mouvement de panique a eu lieu environ 1h30 après la fusillade et des rumeurs sur la présence d'un second tireur ont circulé, mais elles ont par la suite été démenties par le bureau du sheriff.

Vous êtes à nouveau en ligne