Fusillade de Chattanooga : l'incompréhension des proches du tireur

Fance 3

Mohammad Youssuf Abdulazeez a tué quatre militaires jeudi 16 juillet avant d'être abattu. Rien ne laissait présager un tel geste.

Ce vendredi 17 juillet, au lendemain de la fusillade de Chattanooga (Tennessee) dans une base militaire, le temps semble toujours arrêté autour des lieux du carnage.

Mohammad Youssuf Abdulazeez a ouvert le feu sur un centre de recrutement puis dans la base, avant d'être abattu à bord de sa voiture.

Ce jeune homme de 24 ans, né au Koweït, était arrivé aux États-Unis avec ses parents après la première guerre du Golfe. Naturalisé, il a obtenu un diplôme d'ingénieur. Sportif, il était apprécié de tous. Dans son entourage, on ne comprend pas. "Il était comme n'importe quel gamin américain. Jamais de bruit, pas bagarreur, jamais sorti des clous, il travaillait dur...", confie Scott Shraeder, qui fut l'un de ses entraîneurs.

Jamais signalé

Religieux mais sans excès, Mohammad Youssuf Abdulazeez n'avait fait l'objet d'aucun signalement. En avril, il fut arrêté pour conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants. Dans l'annuaire du lycée, le tireur avait laissé une note d'humour quasi prémonitoire : "Mon nom est cause d'alerte de sécurité nationale. Et toi ?".

Le FBI enquête pour voir s'il avait des liens avec une organisation terroriste et s'intéresse à un voyage en Jordanie l'an dernier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne