Rougeole : la ville de New York rend obligatoire le vaccin dans certains quartiers

La campagne de vaccination concerne notamment les quartiers où vivent une importante communauté juive orthodoxe, hostile aux vaccins. 
La campagne de vaccination concerne notamment les quartiers où vivent une importante communauté juive orthodoxe, hostile aux vaccins.  (JOHANNES EISELE / AFP)

Le maire de la ville veut intensifier la lutte contre cette maladie notamment dans le quartier de Williamsburg, au nord-ouest de Brooklyn. 

Comme en France, le mouvement anti-vaccination a des conséquences aux États-Unis. La rougeole est de retour, en particulier à New York. Depuis octobre 2018, près de 300 nouveaux cas ont été répertoriés. Pour lutter contre la maladie, le maire Bill de Blasio a déclaré l'état d'urgence sanitaire dans quatre zones. Il a aussi ordonné mardi 9 avril une campagne de vaccination obligatoire notamment là où vit une importante communauté juive orthodoxe, particulièrement hostile aux vaccins. 

Fin de l'exemption pour motifs religieux

Avec la vaccination obligatoire, les contrevenants qui voudront éviter la piqûre s'exposeront à des poursuites judiciaires et une amende de 1 000 dollars.  Pour endiguer l’épidémie, les écoles talmudiques désormais ne pourront plus accepter d’enfants non-vaccinés. Une mesure qui suscite la colère de certains parents. Ils se sont exprimés à la sortie de la conférence de presse du maire de New York : "Si vous m’amenez des études, je changerai d’avis. Les vaccins sont formidables mais il n’y a pas d’études, dit une mère. Alors si on me force à injecter quoique ce soit dans le corps de mon enfant, comme mesure préventive, c’est totalement ridicule et ce n’est pas éthique", conclut-elle. 

Mais les anti-vaccins ne pourront plus invoquer l’exemption religieuse. Une excuse, jusqu’ici, valable pour dissimuler chez certains, de vraies convictions anti-vaccinales. Selon John, pharmacien dans le quartier de Williamsburg, les fausses informations se sont fait une place dans la communauté. "Je crois que ça affecte les opinions, et les décisions des gens. C’est pareil avec la grippe, beaucoup ne veulent pas être vaccinés, parce qu’ils pensent que cela les rendra malades, raconte-t-il. La plupart des gens ici sont vaccinés, alors je ne crois pas que tout cela soit lié à la religion, parce qu’ici ils croient tous à la même chose. À mon avis, c’est de la négligence ou des idées reçues, autour de la vaccination", affirme ce pharmacien. Et à vrai dire, ni les textes religieux, ni les autorités juives de la ville ne déconseillent la vaccination. 

Le reportage de Loig Loury
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne