Procès en destitution de Donald Trump : premier jour, premiers coups de griffes

franceinfo

Donald Trump offre aux États-Unis le troisième procès en destitution de son histoire. Le président est en Suisse alors que le Capitole accueillait mardi 21 janvier la première journée de ce procès pour abus de pouvoir notamment.

Pour les démocrates, c'est un procès déjà truqué. En cause : une résolution déposée par le chef de la majorité républicaine pour changer les règles du procès en destitution de Donald Trump, notamment sur l'audition de certains témoins et l'assignation de documents importants. "C'est une parodie", a jugé Adam Schiff, procureur en chef démocrate. Pour lui, le Sénat doit à tout prix interroger des témoins clefs comme John Bolton, ancien conseiller à la Sécurité nationale.

Trois jours de débats techniques

En face, les avocats du président américain accusent les démocrates de vouloir faire tomber Donald Trump. "Ils veulent faire retirer le nom de Trump sur les bulletins de vote", affirme Pat Cipollone. Les deux camps ont trois jours pour débattre des règles du jeu avant même d'aborder les chefs d'accusation qui visent Donald Trump. Il est accusé d'abus de pouvoir et d'entrave à la bonne marche du Congrès.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne