Présidentielle américaine : les entreprises françaises dans l'expectative

France 3

Pour un chef d'entreprise français, s'implanter aux États-Unis ou conquérir le marché américain restent un parcours d'obstacles.

Ils suivent de très près la campagne présidentielle américaine. Les États-Unis, pour le spécialiste du meuble Roche Bobois, c'est 20% du chiffre d'affaires. "On aimerait bien pouvoir dire que rien ne va changer, mais on observe quelques comportements attentistes", confie Martin Gleize, directeur à l'international. La campagne américaine est un mauvais moment à passer pour le made in France. L'incertitude politique anesthésie la consommation des ménages aux États-Unis.

Crainte du protectionnisme

Près de Belfort, la PME spécialisée dans les ustensiles de cuisine, Cristel, a vu elle aussi ses affaires ralentir. Damien Dodane, directeur général adjoint, revient tout juste de San Francisco : "Les clients que j'ai visités me disent qu'il y a un vrai ralentissement, entre 17% et 27%". Mais patienter, c'est frustrant pour la PME. De plus en plus d'ustensiles de cuisine fabriqués dans le Doubs doivent partir pour les États-Unis. Et d'ici 2020, Cristel espère encore multiplier par six ses exportations. Mais dans leur programme, Donald Trump et Hillary Clinton promettent des mesures protectionnistes. Des annonces politiciennes rien de plus, estime le président de Roche Bobois Gilles Bonan.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne