Décret Trump : selon André Kaspi, si Obama intervient trop souvent "sa parole perdra en influence"

Barack Obama lors de sa dernière conférence de presse à la Maison Blanche, le 18 janvier 2017.
Barack Obama lors de sa dernière conférence de presse à la Maison Blanche, le 18 janvier 2017. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Au lendemain du communiqué du porte-parole de Barack Obama sur le décret anti-immigration de son successeur Donald Trump, André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis, a évoqué mardi sur franceinfo le rôle d'un président sortant aux États-Unis.

Barack Obama encourage la mobilisation contre le décret anti-immigration de Donald Trump. "Etre citoyen ne veut pas simplement dire voter" avait indiqué lundi l'ancien président américain. Quel rôle va-t-il jouer à présent qu'il n'est plus le chef de l'État ? André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis, professeur émérite à la Sorbonne, estime mardi 31 janvier sur franceinfo, qu'il ne faut pas que Barack Obama, "intervienne trop souvent, sinon sa parole perdra en influence".

franceinfo : Pourquoi Barak Obama appelle-t-il à la mobilisation ?

André Kaspi : Ca montre simplement que Barack Obama continue son activité politique, ce qui est logique. Il est simple citoyen, il a le droit d'intervenir dans le débat. En plus, il bénéficie d'un soutien populaire qui représente une bonne moitié des Américains. Il ne faut pas oublier l'autre moitié qui soutient Donald Trump.

Y a t-il déjà eu d'anciens présidents qui ont pris la parole pour s'opposer à leur successeur ?

À ma connaissance, non. Cela montre que Barack Obama jouit d'une réelle popularité. Donald Trump a une popularité plus basse mais une légitimité qui n'est plus celle de Barack Obama. Au fond, le Congrès a une majorité de républicains donc s'il désapprouvait le président, là ça aurait de la portée. Que la minorité ne soit pas d'accord avec le chef de l'État, c'est traditionnel. Barack Obama n'a intérêt à intervenir que lors de situations exceptionnelles car s'il intervient trop souvent, sa parole perdra en influence.

Quel est le rôle d'un ancien président des États-Unis dans la vie politique ?

Les anciens présidents disposent d'une autorité morale car ils ont exercé le pouvoir. Ils ont représenté leur pays. Mais il n'y a pas que Barack Obama. Jimmy Carter est encore vivant, Bill Clinton, les deux Bush aussi. C'est surprenant de ne pas entendre les autres anciens présidents démocrates s'exprimer. Si vraiment il s'agit de défendre des idéaux démocrates, Obama n'est pas le seul.

"Il y a deux Amériques irréconciliables", André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis.
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne