VIDEO. Chelsea Manning, l’informatrice de WikiLeaks, est candidate au Sénat américain

Emprisonnée pour avoir fourni des documents secrets à WikiLeaks, l’ex-militaire transgenre se présente aux primaires démocrates pour représenter l’Etat du Maryland au Sénat.

"Nous devons cesser d’attendre que nos gouvernements se soignent d’eux-mêmes. Nous devons prendre les rênes du pouvoir." Le 14 janvier 2018, dans sa première vidéo de campagne publiée sur les réseaux sociaux, Chelsea Manning a annoncé sa candidature aux primaires démocrates en vue des élections sénatoriales dans le Maryland. Cette ancienne militaire transgenre de 30 ans est connue pour être l’une des principales informations de WikiLeaks, ce qui lui a valu une condamnation à trente-cinq ans de prison.

Originaire de l’Oklahoma, celle que ses parents ont prénommé Bradley s’engage dans l’armée à 20 ans. Elle est envoyée deux ans plus tard en Irak en tant qu’analyste du renseignement. 

La plus importante fuite de documents secrets de l’histoire des Etats-Unis

Après quelques mois, elle fournit plus de 700 000 documents classifiés à WikiLeaks. La presse internationale publie ces vidéos, télégrammes et informations confidentielles sur des opérations qui se sont déroulées en Irak et en Afghanistan. Il s’agit alors de la plus importante fuite de documents secrets de l’histoire des Etats-Unis. Chelsea Manning estimera plus tard : "Je crois que j’ai fait de mon mieux, dans ces circonstances, pour prendre une décision qui respecte l’éthique."

Mais dénoncée par un informateur, Chelsea Manning est arrêtée en mai 2010. Durant sa détention provisoire, de nombreux comités de soutien sont créés pour demander sa libération. Malgré cet élan de solidarité, elle est condamnée en 2013 à trete-cinq ans de prison par une cour martiale et est exclue de l’armée pour déshonneur. A cette époque, son avocat, David Coombs, estime "qu'il faut mettre fin à la souffrance de Brad. Il est grand temps que notre président commence à protéger les dénonciateurs au lieu de les punir. Il est grand temps que notre président décide de gracier Manning."

Au lendemain du verdict, elle annonce son désir de changer de sexe. Détenue dans une prison d’hommes, elle obtient, au terme d’un long combat, le droit à un traitement hormonal. En janvier 2018, après presque sept ans de détention, Barack Obama décide de commuer sa peine de prison, à trois jours de la fin de son mandat : "Chelsea Manning a déjà purgé une sévère peine de prison. (…) Il était logique non pas de la gracier, mais de commuer sa peine. Je n’ai aucun problème à dire que justice a été rendue." Elle quitte finalement la prison militaire de Fort Leavenworth le 17 mai 2017. 

Vous êtes à nouveau en ligne