"Il parlait au nom des pauvres" : sur les traces du chanteur Woody Guthrie, figure emblématique de la gauche américaine

Dans la ville natale du chanteur de folk Woody Guthrie
Dans la ville natale du chanteur de folk Woody Guthrie (RADIO FRANCE/GREGORY PHILIPPS)

Franceinfo s'est rendu à Okemah, en plein centre du pays, dans la ville natale du chanteur de folk Woody Guthrie. Pour ses fans, ses paroles sont plus que jamais encore d'actualité.

This land is your land, enregistrée en 1944 par Woody Guthrie, résonne encore 75 ans plus tard, dans les rues d'Okemah, petit village de 3 000 habitants en Oklahoma, aux États-Unis, qui a vu naître et grandir le chanteur de folk. Il fait encore aujourd'hui figure d'icone pour la gauche américaine. Un petit musée lui est consacré. On voit par exemple une guitare qui lui a appartenu. "Il parlait au nom des pauvres, ceux qui travaillaient dans les champs, les classes populaires", explique Tom Dennis, qui fait visiter. "Cette chanson, This Land is your land, rassemble toute la nation. Peu importe de quelle partie du pays vous venez, vous êtes un Américain."

Ce pays est ton pays, pas celui du gouvernement, c'est le tien !Tom, habitant d'Okemahà franceinfo

Juste à côté, un petit café, où il n'y a pas grand monde, mais il paraît qu'il faut venir en juillet, au moment du festival Woody Guthrie. Là, c’est autre chose. La patronne s’appelle Cherry, elle est née et a grandi à Okemah et pense que le message de Woody Guthrie est plus que jamais actuel. "À l'époque où Woody Guthrie habitait ici, les habitants disaient de lui que c'était un communiste. Donc on ne le respectait pas trop. Mais maintenant, les gens d'Okemah comprennent mieux ce qu'était la vision de Woody."

Je pense que ça le rendrait malade de voir à quoi ressemble l'Amérique aujourd'hui. Les riches deviennent plus riches, et disent aux pauvres d'aller voir ailleurs. Bon, vous l'avez compris, je n'aime pas trop notre président...Cherry, une habitante d'Okemahà franceinfo

En 2016, à la dernière présidentielle, l'Oklahoma avait voté à 65% pour Donald Trump.

Dans la ville natale du chanteur de folk Woody Guthrie
Dans la ville natale du chanteur de folk Woody Guthrie (RADIO FRANCE/GREGORY PHILIPPS)

Okemah est plus à gauche et sans doute à cause de Woody Guthrie, le mot socialiste n'est pas un gros mot. "Je ne me considère pas comme une marxiste, et je ne pense pas que Woody Guthrie en était un non plus, confie Jenny, attablée à l’auberge de la ville. Mais je crois que le capitalisme sans aucune régulation, ça ne marche pas. Je suis plus capitaliste que certains démocrates, mais je pense quand même que c'est hors de contrôle." Jenny se dit qu'elle voterait bien pour la démocrate Elizabeth Warren ou Bernie Sanders.

La chanteur folk Woody Guthrie pose avec sa guitare en 1943.
La chanteur folk Woody Guthrie pose avec sa guitare en 1943. (DONALDSON COLLECTION / MICHAEL OCHS ARCHIVES)

Woody Guthrie, mort en 1967, avait fini par quitter cet Oklahoma conservateur et républicain pour s'installer en Californie, puis à New York. C'est là d'ailleurs qu'un certain Fred Trump, promoteur immobilier peu scrupuleux et père de l’actuel président, lui avait inspiré la chanson Old Man Trump.

Le reportage franceinfo à Okemah, aux États-Unis, de Grégory Philipps.
--'--
--'--

États-Unis, un avant la présidentielle

Dans un an, on saura si Donald Trump est reconduit pour un deuxième mandat, ou bien s’il doit laisser la place à la Maison Blanche à un ou une démocrate. L'élection présidentielle aura lieu le 3 novembre 2020.

À cette occasion, franceinfo est allée à la rencontre des Américains, aux opinions, cultures, parcours différents. Retrouvez ces reportages :

- Dans l'Ohio, les démocrates tentent de reconquérir les électeurs de Donald Trump
- Dans l'Indiana, les ouvriers déçus de Donald Trump
- Au Texas, la base électorale de Donald Trump toujours fidèle au président américain
- En Oklahoma, à la rencontre de la gauche américaine, sur les traces du chanteur de folk Woody Guthrie
- À Detroit, les Afro-Américains jugent sévèrement le bilan de Donald Trump

Vous êtes à nouveau en ligne