Violences raciales aux États-Unis : des symboles d’optimisme

FRANCEINFO

L’université de Princeton a honoré un jeune noir arrivé major de sa promotion, Nicholas Johnson. Une goutte d’espoir parmi d’autres.

Nicolas Johnson est arrivé major de sa promotion. C'est la première fois qu’un noir arrive à cette distinction de puis la création de l’université de Princeton en 1746. Ce Canadien est diplômé en mathématiques appliquées. C’est important à Princeton parce que c’est une grande université comme Harvard et Yale et qui a toujours eu des liens douteux avec le Sud esclavagiste.

Les blancs manifestent

Ce n’est qu’un symbole au milieu de cet océan de violences. Mais il y en a d’autres. Il y a quelques mois, on a vu nommer par Donald Trump le premier chef d’état-major noir de l’armée de l’air. Il y a 52 députés noirs à la Chambre des représentants sur 435. Ils n’étaient que six dans les années 1960. Les jeunes Américains noirs sont deux fois plus nombreux à faire des études supérieurs et à en sortir diplômés qu’il y a vingt ans. Enfin, il y a beaucoup de jeunes Américains blancs dans les manifestations. C’est sans doute le changement le plus important et le plus optimiste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne