Violences à Charlottesville : Donald Trump fait volte-face

Le président américain a déclenché hier, mardi 15 août, une nouvelle vague d'indignation. Il a affirmé que la responsabilité des violences de Charlottesville devait être recherchée des deux côtés. Une déclaration qui tranche avec celle de la veille.

C'est une volte-face qui indigne de nombreux Américains. Depuis la Trump Tower, hier, mardi 15 août, Donald Trump a renvoyé dos à dos suprémacistes blancs et manifestants antiracistes, dans les violences de Charlottesville. "Je pense qu'il y a eu des torts des deux côtés, et je n'ai aucun doute à ce sujet. J'ai condamné des groupes très différents, mais tous ces groupes n'étaient pas des néonazis, croyez-moi, ils n'étaient pas tous des suprémacistes blancs", a-t-il déclaré.

Donald Trump isolé ?

Des déclarations qui contrastent avec celles faites 48 heures après le drame. "Le racisme c'est le mal, et ceux qui ont causé la violence en son nom sont des criminels", avait dénoncé le président américain. Un changement de position qui isole encore davantage Donald Trump. Car samedi dernier, c'est bien un suprémaciste blanc qui a foncé sur une foule pacifique de militants antiraciste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne