VIDEOS. COP 21, Iran, unilatéralisme : trois fois où Emmanuel Macron a visé Donald Trump sans le nommer devant l'assemblée générale de l'ONU

Emmanuel Macron, le 25 septembre 2018, à New York. 
Emmanuel Macron, le 25 septembre 2018, à New York.  (JOHN MOORE / AFP)

Franceinfo revient sur trois moments forts du discours d'Emmanuel Macron devant les Nations unies. 

"Certains ont choisi la loi du plus fort. Mais elle ne protège aucun peuple." Quelques heures après le discours de Donald Trump, Emmanuel Macron a plaidé en faveur du "multilatéralisme" à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU, mardi 25 septembre, à New York.

Sans le citer nommément, le président français a tiré à boulets rouges sur la politique internationale de son homologue américain. Iran, COP 21, rupture des accords commerciaux... Franceinfo revient sur trois moment forts du discours d'Emmanuel Macron. 

Sur l'Iran, il a fustigé la "loi du plus fort"

Peu après le discours de Donald Trump, où le président américain a réclamé aux Nations unies d'"isoler le régime iranien", Emmanuel Macron a plaidé en faveur du "dialogue et du multilatéralisme". L'unilatéralisme conduit "directement au repli et aux conflits, à la confrontation généralisée de tous contre tous au détriment de chacun, même de celui à terme qui se croit le plus fort", a mis en garde le président français 

"Qu'est-ce qui permettra de régler véritablement la situation en Iran et qu'est-ce qui déjà a commencé à permettre de la stabiliser ? La loi du plus fort ? La pression d'un seul ? Non !", a-t-il lancé. 

"Nous savons que l'Iran était sur la voie du nucléaire militaire, mais qu'est-ce qui l'a stoppé ? L'accord de Vienne de 2015", a-t-il poursuivi. Une allusion implicite à la décision en mai de Donald Trump de quitter l'accord, le jugeant inopérant pour arrêter les programmes militaires iraniens.

Sur la COP21, il a appellé à isoler les Etats-Unis

Emmanuel Macron a appelé à ne plus signer d'accord commercial avec les pays qui ne respectent pas l'accord de Paris sur le climat. "Ne signons plus d'accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l'accord de Paris", a-t-il lancé, sans citer nommément les Etats-Unis, qui sont sortis de cet accord en 2017. 

"Si l'un des membres du G7 ne veut pas avancer [sur les engagements de la COP21], nous avancerons quand même", a martelé le président français. 

Face à l'unilatéralisme, il a plaidé en faveur de "l'universalisme" 

A la tribune de l'ONU, Donald Trump a martelé son attachement à la "souveraineté américaine". Pendant sa prise de parole, le président américain s'en est pris tour à tour aux pays de l'Opep, aux pratiques commerciales de la Chine ou encore la Cour pénale internationale (CPI), accusée de n'avoir "aucune légitimité".

"N'acceptons pas toutes ces formes d'unilatéralisme", a fustigé Emmanuel Macron, avant de conclure son discours par un plaidoyer en faveur de "l'universalisme""Nous sommes en train de voir se déliter toutes les formes de coopération par peur, par complicité, a-t-il lancé, en tapant de la main sur le pupitre. N'oubliez jamais que les génocides ont été nourris par les discours auxquels nous nous habituons, ont été nourris par les succès d'estrade que nous applaudissons". 

Vous êtes à nouveau en ligne