VIDEO. "L'atmosphère de la planète n'a pas de frontières" : le message d'Artemisa Xakriabá adressé à Donald Trump et Jair Bolsonaro

BRUT

En Amazonie aussi, la jeunesse se mobilise. Présente à Washington pour remettre une lettre ouverte aux parlementaires américains, la jeune activiste pour le climat Artemisa Xakriabá avait un message à faire passer à Donald Trump et Jair Bolsonaro de la part des communautés indigènes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À 19 ans, Artemisa Xakriabá milite pour sauver notre planète. Originaire d'Amazonie, elle est venue à Washington pour représenter les plus de 25 millions d'autochtones et de membres de communautés traditionnelles. "Nous, peuples indigènes, dépendons de la nature, elle est notre mère et notre territoire parce que c'est ce qui nous maintient en vie", a-t-elle déclaré avant d'ajouter : "Nous sommes persécutés, menacés et assassinés". La jeune militante rappelle également qu'en 2018, 164 défenseurs de l'environnement ont été tués.

Une jeunesse engagée

Pour cette première venue sur le territoire américain, Artemisa Xakriabá n'a pas hésité à pointer les fortes émissions de gaz à effet de serre des États-Unis. "L'atmosphère de la planète n'a pas de frontières", a lancé la jeune femme.
Craignant de voir disparaître son peuple et de voir son pays transformé en désert d'ici quelques années, Artemisa Xakriabá fustige les gouvernements voisins qui "ne font rien". Visant principalement le Brésil et les États-Unis, elle a également déclaré : "Ils font la promotion de récits fondés sur la haine (…) ces gouvernements essaient de nous mener à l'extinction."

Artemisa Xakriabá a donc demandé aux États-Unis et au Brésil "d'agir comme une partie de la solution" en fondant leur politique sur des faits scientifiques ou encore en respectant les accords internationaux et les droits territoriaux. "Nous enverrons des lettres avec ces demandes à divers membres du Congrès que nous rencontrerons (…) Nous sommes tous prêts à travailler avec ceux qui veulent faire partie de la solution pour sauver notre planète", a-t-elle prévenu.

Vous êtes à nouveau en ligne