VIDEO. "Ils creusent des tunnels" : une garde-frontière explique à Trump les limites du mur entre les Etats-Unis et le Mexique

Donald Trump s'est rendu au Texas pour visiter la frontière avec le Mexique. A certains endroits, un mur est déjà en place. Et il a ses limites.

En pleine paralysie de l'administration fédérale américaine, Donald Trump poursuit sa campagne pour son projet de construction de mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Le chef de l'Etat était à McAllen (Texas), jeudi 10 janvier, dans une région où un tel dispositif est déjà installé : mais lors de sa visite, une garde-frontière a présenté les failles du mur, déjà contourné par certains.

"C'est une zone où nous avons déjà un mur, où nous avons des agents et des technologies en place, a expliqué une garde-frontière à Donald Trump, photos à l'appui. Nous faisons un si bon travail que [les organisations criminelles] sont devenues frustrées et utilisent d'autres techniques." Deux tunnels ont ainsi été récemment découverts, dont un d'environ "7 mètres de long sur 1 mètre de haut", permettant de traverser la frontière malgré le mur.

Le mur à l'origine du bras de fer avec les démocrates

Cet exemple montre qu'un mur n'est pas totalement efficace pour contenir les flux de migrants entre le Mexique et les Etats-Unis. Mais Donald Trump ne compte pas lâcher son projet. Le montant des travaux réclamés par le président américain – 5,7 milliards de dollars – est justement à l'origine du "shutdown", la paralysie de l'administration fédérale : la majorité démocrate refuse de voter un budget qui allouerait des fonds à ce projet jugé "immoral", coûteux et inefficace pour lutter contre l'immigration clandestine.

Vous êtes à nouveau en ligne