VIDEO. À Milwaukee, la famille de la première victime du Covid-19 dénonce la gestion de l'épidémie par le gouvernement Trump

SANDRINE MALLON / FARIDA NOUAR / FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Dans le Wisconsin, le nombre de cas de Covid-19 explose. Il y a huit mois, Lawrence Riley, un habitant de Milwaukee, est mort emporté par la maladie. Sa famille, endeuillée, estime que davantage de précautions auraient du être prises par les autorités.

Lawrence Riley était la première victime du coronavirus à Milwaukee (Wisconsin, États-Unis). Son lieu préféré : le "Bud Bar Grill", tout près de la maison familiale. La femme de Lawrence, Linda, montre une petite table dans l'entrée, où trône un trophée de golfe, un drapeau américain plié soigneusement, et des photos d’un grand gaillard souriant. "Là, c’est lui quand il était bébé et là, une fois adulte, décrit la veuve. Ce sont des photos de mon mari, c’est un mémorial en son honneur. C’est comme s'il était encore à la maison." "Mon père était formidable, aimé de tous, très magnétique", renchérit Elvaugh, le fils de Lawrence et Linda. "Oui, un vrai père de famille", continue sa mère. 

Une mort soudaine

Lawrence Riley est décédé en mars dernier, à 66 ans. Ce vétéran de la Navy, un pompier à la retraite, s’est tout à coup senti très mal. "Il dormait beaucoup, et un jour, il s’est évanoui à la maison, raconte Linda. Moi, je pensais qu’il avait la grippe. Nous l’avons emmené à l’hôpital. Là-bas, ils m’ont dit d’aller m’asseoir, que je ne pouvais pas rester avec lui. C’est là que j’ai commencé à être nerveuse. C’est la dernière fois que je l’ai vu. Il est mort trois jours plus tard." Linda et ses enfants n’ont pas pu être près de lui pour lui dire au revoir, "mais l’infirmière a été formidable", raconte la mère de famille. "Elle m’a dit : qu’est-ce que vous voulez que je lui dise ? J’ai répondu : dites-lui que nous l’aimons et que nous irons bien."

Un président peu précautionneux

Donald Trump est-il responsable de la mort de Lawrence, en ne prenant pas le virus au sérieux ? "Je crois que le président aurait pu agir différemment, répond Elvaugh. Pas seulement pour mon père, mais aussi pour toutes les autres familles qui sont dans la même douleur. Je pense que certaines précautions auraient pu être prises. Beaucoup de choses auraient été différentes.

Je ne peux pas blâmer Donald Trump personnellement pour la mort de mon père. Mais il aurait pu faire beaucoup de choses pour éviter que tout ça arrive.

Elvaugh, le fils de Lawrence Riley

"Il y a encore des cas tous les jours et encore aujourd’hui, beaucoup de personnes pensent que ce qui se passe n’est pas sérieux, continue Elvaugh. Pour moi, témoigner, c’est dire aux gens : Hé, c’est réel ! Prenez vos précautions, faites attention !"  Une gestion de la pandémie qu'il sanctionnera dans les urnes : il votera Joe Biden l'an prochain. Dans le Wisconsin, l'épidémie, elle, continue de se propager dans le Wisconsin. À Milwaukee, un hôpital de campagne vient d’être activé pour soulager les hôpitaux en tension. 

Vous êtes à nouveau en ligne