VIDEO. A la Maison Blanche, les défections en série des proches de Trump

Entouré par sa garde rapprochée au début de son mandat, Donald Trump a vu ses plus proches collaborateurs s’en aller, contraints ou de leur plein gré.

Le 22 janvier 2017, le clan de Donald Trump triomphe. Les hommes et les femmes de son cercle rapproché prêtent serment. Tout juste investi à la présidence des Etats-Unis, Donald Trump s’entoure de proches qu’il nomme à des postes stratégiques.

Mike Pence devient vice-président, Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, Michael Flynn, conseiller national à la sécurité, Steve Bannon, conseiller stratégique et Reince Priebus, chef de cabinet. Huit mois plus tard, il ne reste plus que Mike Pence. Les quatre autres ont quitté le navire. On leur a montré la porte ou ils l’ont claquée.

Le cercle rapproché n’a pas passé l’été

Michael Flynn a été le premier à partir, le 13 février dernier. Il quitte son poste après la révélation de contacts jugés inappropriés avec la Russie. Mais c’est surtout l’été qui va être meurtrier. Coup sur coup, Sean Spicer, le 21 juillet, et Reince Priebus, le 28 juillet, quittent leur poste. Le premier car il est en désaccord avec le nouveau directeur de la communication de la Maison Blanche, Anthony Scaramucci. Le second car il est en conflit avec ce nouveau directeur qui l’a traité de "putain de schizophrène paranoïaque". Après dix jours chaotiques à son poste durant lesquels il a insulté ses collaborateurs à la Maison Blanche, Scaramucci quitte, lui aussi, ses fonctions le 31 juillet.

Le 18 août, le dernier membre du quintet qui a accompagné la prise de pouvoir de Trump, Steve Bannon, paye le scandale de Charlotteville. Les derniers jours de l’été marquent le départ de Sebastian Gorka. Ce conseiller n’a pas démissionné, affirme-t-on dans l'entourage du président, mais il ne travaille plus à la Maison Blanche, ce qui suggère qu'il a été renvoyé. Critiqué par ses détracteurs pour ses liens avec l’ultra-droite, il serait parti en désaccord avec l’administration gouvernementale. Enfin, dernier départ et non des moindres : celui de Keith Schiller. Le fidèle garde du corps de Donald Trump, devenu chef des opérations du Bureau ovale, va partir à la fin du mois. Avec lui, c'est plus d'une dizaine de collaborateurs qui ont quitté Donald Trump depuis son investiture début janvier.

Vous êtes à nouveau en ligne