Tweet sur le climat : Donald Trump "dit des choses qui relèvent vraiment des plaisanteries de bistrot"

Donald Trump dans son bureau de la Maison blanche, à Washington, aux États-Unis, le 22 décembre 2017.
Donald Trump dans son bureau de la Maison blanche, à Washington, aux États-Unis, le 22 décembre 2017. (JONATHAN ERNST / REUTERS)

Le climatologue Hervé Le Treut était l'invité de franceinfo vendredi pour évoquer la dernière sortie de Donald Trump. Le président américain a moqué et nié le réchauffement climatique dans un message publié sur le réseau social Twitter. 

Donald Trump a publié jeudi 28 décembre dans la soirée un tweet climatosceptique. Le président américain y proposait d'"utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique" pour limiter le froid polaire qui sévit actuellement sur le nord des Etats-Unis. Pour le climatologue Hervé Le Treut, membre de l'Académie des sciences, Donad Trump confond "le réchauffement de la planète et des fluctuations climatiques qu'on a toujours eues." Fluctuations qui sont en très grande partie liées aux mouvements de l'atmosphère. "Si on a de l'air qui vient des zones arctiques, il va faire très froid. Si l'air vient du Sahara, il va faire très chaud. Ces fluctuations-là sont de courtes durées et se superposent au réchauffement", explique-t-il.

Une "sorte d'insulte" pour la communauté scientifique

Le climatologue rappelle que les manifestations du changement climatique "sont très importantes, ce qui fait que le nier aujourd'hui est absurde (... ) On a beaucoup trop de témoignages directs, de témoignages mesurés par la science". Et de déplorer les "plaisanteries presque potaches" du président américain sur le sujet, auxquelles "on est maintenant habitués".

"On a souvent des personnes qui se moquent de nous sur les thématiques de ce genre. Maintenant, que ça vienne du chef de l'Etat le plus puissant de la planète, qui est aussi l'Etat dans lequel ce sont faites les plus grandes découvertes scientifiques sur ces problèmes, c'est une sorte d'insulte", estime Hervé Le Treut"C'est frappant de voir que dans un pays qui a joué un rôle tellement fort, un chef d'État élu dise des choses qui relèvent vraiment des plaisanteries de bistrot", poursuit-il.

Vous êtes à nouveau en ligne