"Ça ne fait que commencer" : Trump célèbre sur Twitter la fin de sa première année à la Maison Blanche

Donald Trump vient accueillir des gardes-frontières qu\'il a invités à jouer au golf, le 29 décembre 2017, à West Palm Beach (Floride).
Donald Trump vient accueillir des gardes-frontières qu'il a invités à jouer au golf, le 29 décembre 2017, à West Palm Beach (Floride). (JONATHAN ERNST / REUTERS)

Le dirigeant américain a publié plusieurs messages, dimanche 31 décembre, notamment pour défendre son bilan à la Maison Blanche.

Donald Trump termine l'année comme il l'a rythmée : en tweetant. Le président américain a publié, dimanche 31 décembre, une nouvelle salve de messages sur Twitter pour célébrer son mandat entamé en 2017 et pour placer des jalons pour les élections au Congrès de 2018.

Le locataire de la Maison Blanche a retweeté un article saluant l'année record enregistrée à la Bourse de Wall Street, en l'accompagnant d'une pique à l'adresse des démocrates et de son ancienne rivale Hillary Clinton. "Si les Dems (Hillary la crapule) avaient été élus, vos actions auraient perdu 50% par rapport à leur valeur le jour de l'élection. Maintenant elles ont un bel avenir - et ça ne fait que commencer !", a-t-il écrit depuis sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

"Les gens vont beaucoup mieux maintenant"

Puis il s'est tourné vers les législatives cruciales de novembre 2018, lorsque les Républicains devront défendre leur majorité : "Pourquoi des électeurs intelligents voudraient-ils envoyer des Démocrates au Congrès lors de l'élection de 2018 quand leurs politiques vont complètement tuer la grande richesse créée depuis l'élection ?"

Donald Trump a ensuite élargi, au-delà de l'économie, la liste de ce qu'il considère comme des promesses de campagne tenues et des accomplissements. Il a évoqué tour à tour la lutte contre le groupe Etat islamique, les réformes au ministère chargé des anciens combattants, la défense du droit des porter des armes, les nominations de magistrats républicains, ainsi que sa promesse de renforcer la frontière avec le Mexique.

Célèbre pour ses tweets au ton direct, parfois à l'emporte-pièce, Donald Trump avait, samedi soir, défendu son usage intensif des réseaux sociaux en disant vouloir contourner les grands médias, l'une de ses cibles préférées qu'il accuse de donner des "fausses informations".