Les sujets du jour
Affaire Cristiano RonaldoMort de Charles AznavourPrix NobelSéisme et tsunami en IndonésieDémission de Gérard CollombRedoine Faïd

"Trahison", "lâche"... Trump furieux après la tribune anonyme et explosive d'un "résistant" au sein de son administration

Donald Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 5 septembre 2018. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Dans un texte publié par le "New York Times", un haut responsable de l'administration Trump explique comment il s'efforce de lutter de l'intérieur contre les "pires penchants" du président américain. Ce dernier a appelé au journal de dénoncer "immédiatement" l'auteur de la tribune, au nom de la sécurité nationale.

Si ce contenu ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

Le texte a déclenché les foudres du président des Etats-Unis. Donald Trump a réagi avec véhémence, mercredi 5 septembre, à la publication par le New York Times d'une tribune anonyme d'un haut responsable de son administration expliquant comment il s'efforçait, avec d'autres, de lutter de l'intérieur contre les "pires penchants" du président américain.

Visiblement furieux contre cette "résistance silencieuse" qui sort de l'ombre et le place en difficulté, le locataire de la Maison Blanche est allé jusqu'à parler, dans un tweet lapidaire (et en lettres capitales), de "TRAHISON?".

Le président a également appelé le quotidien à dénoncer "immédiatement" ce "lâche", au nom de la sécurité nationale.

L'auteur de ce texte hors du commun, intitulé "Je fais partie de la résistance au sein de l'administration Trump", souligne qu'il ne s'agit pas pour lui de soutenir la démarche des démocrates, mais de protéger son pays contre le comportement de son 45e président.

 "Le président continue à agir d'une façon néfaste"

La publication –controversée– de ce témoignage intervient au lendemain de la diffusion d'extraits d'un livre explosif du journaliste d'investigation Bob Woodward, qui dresse le portrait d'un président colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s'efforcent de contrôler, voire de contourner, pour éviter de dangereux dérapages.

"Nous pensons que nous avons d'abord un devoir envers notre pays et que le président continue à agir d'une façon néfaste à la bonne santé de notre république", écrit le responsable anonyme. "C'est la raison pour laquelle nous nous sommes engagés à faire ce que nous pouvons pour préserver nos institutions démocratiques tout en contrecarrant les impulsions les plus malencontreuses de M. Trump jusqu'à ce qu'il ait quitté son poste", ajoute-t-il.