Russie : le couac de Donald Trump

Le président américain a fait volte-face après avoir dit publiquement qu'il ne croyait pas à l'ingérence russe dans les élections américaines, au détriment de ses propres agences de renseignement.

Donald Trump aurait fait un lapsus. Voilà comment il justifie ses propos tenus lors d'une rencontre avec Vladimir Poutine à Helsinki (Finlande) qui ont scandalisé l'Amérique. "Dans une phrase très importante de mon discours, j'ai utilisé le mot 'serait' au lieu de 'ne serait pas'. La phrase aurait donc dû être 'je ne vois pas de raison pour laquelle ce ne serait pas la Russie qui s'est ingérée dans les élections", s'est justifié le président américain. L'exercice est quelque peu embarrassant et l'explication un peu courte.

Républicains et Démocrates sont montés au créneau

Donald Trump a affirmé devant la presse 24 heures plus tôt qu'il préférait croire son homologue russe et ancien du KGB à ses propres services de renseignement. Républicains comme Démocrates sont montés au créneau pour dénoncer de tels propos. À quatre mois des élections de mi-mandat, le locataire de la Maison Blanche se devait de réagir, quitte à paraître incohérent.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne