Présidentielle : les candidats divisés sur les frappes américaines en Syrie

FRANCE 2

La situation en Syrie est largement commentée par les candidats à l’élection présidentielle française, qui sont très divisés sur le sujet.

Marine Le Pen était, jusque-là, la candidate à l’élection présidentielle la plus proche de Donald Trump. Ce vendredi 7 avril au matin, elle a condamné sans réserve l’intervention en Syrie des États-Unis : "Est-ce que c’est trop demander d’attendre les résultats d’une enquête internationale indépendante avant d’opérer à ce genre de frappes ?" La condamnation est assez semblable pour Nicolas Dupont-Aignan, qui s’interroge sur la responsabilité de Bachar al-Assad dans l’attaque chimique contre des civils du 4 avril. Jean-Luc Mélenchon et ses proches sont également opposés à ces frappes.

La mise en garde de François Fillon

Au contraire, d’autres candidats saluent l’initiative. Emmanuel Macron a souligné ce vendredi matin que "le peuple syrien a un ennemi : Bachar al-Assad". François Fillon comprend, mais met en garde : "Cette riposte américaine, que l’on peut comprendre au vu de l’horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l’Iran". Aucune réserve au contraire du côté de Benoît Hamon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne