Présidentielle américaine : "Les commentateurs français se sont aveuglés sur Trump"

Donald Trump, 45e président des États-Unis.
Donald Trump, 45e président des États-Unis. (JIM WATSON / AFP)

Le chercheur à l'Institut Français des Relations Internationales (IFRI), Philippe Moreau Defarges, a apporté ses explications, mercredi 9 novembre sur franceinfo, sur les raisons pour lesquelles les Américains ont choisi Donald Trump. 

L'élection surprise de Donald Trump, mercredi 9 novembre, n'en est pas une pour Philippe Moreau-Defarges, chercheur à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI). Mercredi sur franceinfo, le chercheur avance que "les commentateurs français se sont aveuglés" sur le compte du candidat républicain.

"Donald Trump a été présenté comme un espèce de monstre ridicule et un peu excessif, explique-t-il, or il exprime probablement quelque chose d'extrêmement profond dans la société américaine. (...) Les Etats-Unis ne seront peut-être bientôt plus le premier pays du monde. (...) La réponse de Donald Trump peut séduire beaucoup d'Américains. C'est une réponse de forteresse : nous allons nous barricader, nous enfermer chez nous et nous arriverons à survivre car nous sommes les plus forts. "

Analyser les raisons de la victoire de Trump

Le spécialiste de la montée des populismes lie aussi la défaite d'Hillary Clinton à un "rejet des dynasties. Les électeurs en ont un peu assez de ces familles (NDLR: Kennedy, Bush, Clinton) qui ont un droit acquis à la Maison Blanche."

Philippe Moreau-Defarges s'inquiète par ailleurs de la tonalité très positive du discours d'Hillary Clinton qui, selon lui, "semble nier la rupture introduite par Trump. Il était certes difficile après sa défaite d'avoir une position plus agressive, plus offensive et plus interrogative. Mais je pense que les démocrates, et plus largement les américains, devront se demander pourquoi Trump a gagné", poursuit-il.

"La réponse de Trump peut séduire beaucoup d'Américains" Philippe Moreau Defarges, chercheur à l'Institut Français des Relations Internationales interrogé par Ersin Leibowitch.
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne