Présidentielle américaine : 1 573 insultes et attaques signées Donald Trump (et traduites en français)

Le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, lors d\'un meeting à Johnstown (Pennsylvanie), le 21 octobre 2016.
Le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, lors d'un meeting à Johnstown (Pennsylvanie), le 21 octobre 2016. (EVAN VUCCI / AP / SIPA)

Le "New York Times" a publié la liste des exhaustive des cibles de Trump sur son compte Twitter. Franceinfo a traduit les messages les plus marquants.

Les Clinton, le Mexique, l'administration Obama, les Républicains, des minorités ou encore des journalistes américains... Tous ont un point commun : avoir été violemment ciblés par Donald Trump sur son compte Twitter. Depuis des années, le milliardaire utilise le réseau social pour distribuer ses cartons rouges dans un langage souvent fleuri. Et le fait d'être candidat républicain à la présidentielle américaine ne l'a pas freiné, bien au contraire. 

Le New York Times (en anglais) a donc décidé de compiler les milliers d'insultes ou d'attaques ad hominem trouvés dans les tweets du magnat de l'immobilier et d'en publier la liste complète, en ligne. Le quotidien l'a également publié dans sa version papier, lundi 24 octobre.

La liste des insultes et des attaques diffusées sur le compte Twitter de Donald Trump, publiées par le \"New York Times\", le 24 octobre 2016.
La liste des insultes et des attaques diffusées sur le compte Twitter de Donald Trump, publiées par le "New York Times", le 24 octobre 2016. (NEW YORK TIMES)

Un total de 282 personnes ou institutions attaquées

L'ensemble donne le tournis. Selon les calculs du quotidien américain, Donald Trump s'en est ainsi pris à un total de 282 personnes, lieux, journalistes ou institutions. Certains sont plus visés que d'autres. Ainsi, Hillary Clinton est la cible privilégiée du milliardaire, qui la taxe tour à tour de "corrompue", de "pourrie", ou de "malhonnête".

Mais la vindicte de Donald Trump ne se limite pas à sa seule rivale démocrate. Ses adversaires républicains en ont eux aussi pris pour leur grade, dont Jeb Bush, l'ancien gouverneur de Floride. Jamais à court d'idées, le milliardaire semble fonctionner à la seule attaque. Pour lui, l'ancien candidat à la Maison Blanche Mitt Romney est un "raté", la réforme du système de santé de Barack Obama est une "catastrophe", les Mexicains ne sont "pas nos amis", les médias "truquent l'élection"…

Pour se rendre compte de l'ampleur du phénomène, franceinfo a traduit 1 573 attaques du candidat. Nous avons choisi les messages ciblant des personnalités marquantes de la campagne américaine ou bien connues en France. Voici le résultat. La liste est longue.

Vous êtes à nouveau en ligne